Alfonso Velásquez, ancien président de Sierra y Selva Exportadora: "Grâce à ce que j'ai appris au Chili, j'ai pu introduire des myrtilles au Pérou, personne n'en a parlé ici ..."

«En décembre 2011, nous avons décidé de développer le premier séminaire international sur les bleuets, en nous appuyant sur des contacts avec des hommes d'affaires chiliens et américains. L'événement a été un succès et c'est là que commence l'histoire du bleuet au Pérou »

Alfonso Velásquez, pour beaucoup, est le véritable architecte des revenus, de la culture et du développement de l'industrie du bleuet au Pérou. Il nous raconte qu'en 2009, il a été invité à visiter les vergers chiliens par l'institution Prochile, ce qui lui a permis de s'imprégner de l'expérience chilienne de la culture et de l'emmener au Pérou pour promouvoir la nouvelle culture. 

"La promotion des baies est un acte que j'apprécie très généreusement de la part de Prochile et je l'ai toujours apprécié", explique Velásquez, expliquant qu'il a été invité sur la base de son expérience de promoteur et parce qu'il avait montré de l'intérêt pour le bleuet parce qu'il l'avait lu. . 

"Je ne le savais pas ou je l'avais mangé, mais j'avais vu que la myrtille était un produit provisoire et intéressant au Chili et qu'elle avait traversé des années d'erreurs et d'actions, mais que c'était une industrie qui allait très bien", dit-il.

Une semaine sur le terrain

Il rappelle que son voyage a duré une semaine au Chili, ce qui lui a permis de rencontrer des hommes d'affaires et des producteurs, des organisations publiques et privées, et divers acteurs liés. "Je me souviens aussi que le premier jour, j'ai eu l'occasion de visiter la pépinière Hortifrut, une visite intéressante (...) j'avais été ministre de la Production au Pérou, afin de voir le potentiel social de ces cultures."

«Une nuit, ils m'ont réveillé pour voir comment un énorme équipement était allumé, une sorte de radiateurs pour empêcher le gel de détruire les plantations de bleuets. Nous avons vu les récoltes, nous avons aussi vu la mûre, alors je suis venu au Pérou avec la motivation du thème des baies », se souvient-il

Il nous dit que son premier intérêt était la framboise, et il a pris des plants in vitro pour entamer un processus avec l'INIA péruvien. En attendant que la framboise avance, Ollanta Humala est élu président du Pérou, qui lui demande d'assumer la présidence de Sierra Exportadora. Rappelez-vous qu'il s'est engagé avec beaucoup d'enthousiasme en septembre 2011 pour que Sierra Exportadora devienne le bureau du gouvernement pour développer l'inclusion productive. 

«Ma pensée était que, pour qu'il y ait une inclusion productive, nous n'allions pas parler au producteur de la pomme de terre ou des haricots seulement, nous devions créer quelque chose de nouveau pour l'agriculteur andin, pour le petit agriculteur, et c'est pourquoi, dans Sur la base de ce qui a été vu et appris au Chili, ai-je dit, l'avenir doit être la myrtille au Pérou ». 

«Si vous voyez l'histoire productive du Pérou en 2011, personne n'a parlé de bleuets. Quelques tests avaient été effectués, et sur une parcelle nichée au milieu de la puna, à Pichupampa, nous avons lancé avec le maire de la région, avec le gouverneur et avec une association de producteurs. C'est là que le programme Peru Berries commence », dit-il.

Dans le discours de lancement du programme Peru Berries, Alfonso Velásquez a déclaré:

«Bien que cela soit vrai, le Chili est le principal producteur de bleuets de contre-saison dans l'hémisphère sud, il est possible de répéter ce qui s'est passé avec les asperges, l'artichaut, des produits dans lesquels le Pérou a déplacé notre voisin du sud en participation de la marché, tant pour la qualité, le volume et la saisonnalité ».

Velásquez explique que Perú Berries est né avec un message fort dans son slogan "Nouveaux produits, nouveaux marchés", et désormais Sierra Exportadora se consacre presque exclusivement à la promotion de la récolte.

«En décembre 2011, nous avons décidé de développer le premier séminaire international sur les bleuets, avec des exposants chiliens et américains, en nous appuyant sur des contacts avec des hommes d'affaires chiliens et américains. L'événement a été un succès et c'est là que commence l'histoire du bleuet au Pérou », dit-il.

Semis et intimidation

«Peu à peu, les pépinières ont livré toute leur production. Nous avons compté le nombre d'hectares plantés, 6 à 7 hectares par jour, car il n'y avait pas de matériel, donc ils avaient des commandes et les pépinières ont fait un travail magnifique, les entreprises chiliennes qui ont également fait partie de ce développement ", souligne-t-il.

Velásquez avoue que tout n'a pas été facile et se souvient que les ministres de l'époque l'ont intimidé, car ils ont assuré qu'il était impossible que la culture industrielle des bleuets sur ces terres porte ses fruits.

Perspectives et diversification

"Nous continuons avec la fenêtre, l'homme d'affaires continue d'investir et de tester de nouvelles variétés, ce qui nous permet de voir que d'ici 2021 nous devrions être en bordure de 20 XNUMX hectares, mais tout ne peut pas être frais, la question du surgelé doit grandir, la question de bonbons, jus, nectars. Tout ce processus doit avoir lieu et nous espérons que cette diversification nous obligera également à industrialiser davantage le produit », conclut-il.

source
Martín Carrillo O. - Blueberries Consulting

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

L'Inde supprime les barrières commerciales pour les produits américains
Les myrtilles en Ukraine ne souffriront pas d'éventuelles gelées – avis d'experts
Des représentants du Comité chilien des fruits de la myrtille ont analysé le...