Álvaro Sánchez, président de l'Association nationale des producteurs de baies: "Nos clients aux États-Unis nous ont donné la confiance nécessaire pour rester calmes"

La nouvelle politique des États-Unis en matière d’accès à ses marchés suscite l’attente du monde et le Mexique a été syndiqué par l’administration Trump en tant que première victime. Apparemment, le protectionnisme est un fait et nous devons agir.

Nous avons parlé avec Álvaro Sánchez Aldana, président de l'Association nationale des producteurs de baies, de la région de l’Etat de Jalisco, pour connaître son impression sur ce sujet et sur d’autres sujets intéressant les autres producteurs du continent et tous les acteurs de l’industrie de la myrtille d’Amérique latine.

Nous lui avons posé des questions sur les projets des producteurs mexicains face à la réalité de la menace imposée par l'administration Trump aux États-Unis.

Nous recherchons de nouveaux marchés, comme tous les producteurs, mais nous sommes en communication constante avec nos clients américains et ils nous ont donné la confiance nécessaire pour rester calmes.

sans nom-2Leur réponse n'échappe pas au conflit et une préoccupation est effectivement reconnue, non seulement par les crabiers, mais également par tous ceux qui commercialisent leurs produits sur les marchés américains.

Il nous dit que dans la recherche de nouveaux marchés se trouve le facteur de transfert et la distance, de sorte que la condition du fruit devient un facteur de grande importance. Le stade post-récolte suscite davantage d'inquiétudes et il conviendrait de mettre davantage l'accent sur l'acquisition et l'utilisation d'une technologie spécifique pour ce stade de production.

Devraient-ils investir dans la technologie post-récolte?

C'est une réalité. Nous savons qu'au Mexique, nous n'avons pas eu le besoin impératif de développer une technologie dans ce sens, mais nous pensons que les temps nouveaux nous obligeront à le faire.

Sánchez Aldana a ajouté que, en plus de tout ce qui concerne la post-récolte, la prévention des maladies dans les vergers de myrtilles préoccupe les producteurs mexicains. parmi d'autres sujets proposés pour parler.

Le président des producteurs de Jalisco a fait un très bon souvenir du séminaire qui s’est tenu au 2016 Space Antares de Guadalajara, "nous avons eu l'occasion d'y assister, excellents orateurs, un grand événement"Il a commenté avec affection.

sans nom-3Dans la région de Jalisco, on cultive principalement la variété Biloxy, qui produit des graminées 1.200. par plante et la récolte se développe de façon permanente, car elle n’est pas délimitée, de sorte que chaque ouvrier récolte quotidiennement 20 kg. qu'ils sélectionnent et emballent sur le terrain.

Il y a beaucoup de vergers nouvellement plantés, ce qui prédit que les volumes de production augmenteront considérablement à moyen terme.

En ce qui concerne les séminaires et les temps nouveaux que l’on entrevoit dans la région, il était un fervent partisan de l’utilisation des outils de communication. Faisant référence à la nécessité de transférer des informations et des connaissances de producteurs d'autres latitudes, il est impératif de veiller à ce que le partage d'expériences avec des producteurs d'autres régions et de réalités différentes constitue une tâche d'enrichissement très importante, "D'autres pays comme le Chili, l'Argentine et l'Uruguay sont des pays qui nous apportent un avantage considérable dans la connaissance de la myrtille. Il est très important d'écouter et d'apprendre de ces grands maîtres », a-t-il fini.

Source: Blueberrieschile.cl - Blueberriesconsulting.com 

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La crise agroalimentaire s'aggrave après sept mois de guerre en...

Family Farms importera 405.000 XNUMX plants de bleuets du Chili par voie terrestre

Chiffres de la myrtille sur le marché américain