Amine Bennani : "De nouveaux investissements étendent la superficie de myrtilles dans le nord du Maroc"

La réalité de l'industrie marocaine et ses perspectives seront l'un des thèmes centraux du XXIe Séminaire International de la Myrtille qui se tiendra au Hyatt Regency Casablanca le 9 juin prochain.

Le Maroc est déjà une puissance productrice et exportatrice dans l'industrie mondiale de la myrtille, et des baies en général. Chaque année, le pays progresse dans son développement, incorporant plus de producteurs à la culture et élargissant sa superficie plantée avec de nouveaux projets innovants, avec des investissements importants, profitant de l'accès aux nouvelles technologies, de meilleures variétés et des systèmes de gestion modernes.

Amine Bennani, président de l'Association Marocaine des Producteurs de Fruits Rouges (Ampfr), commente que la saison de la myrtille au Maroc a produit des volumes plus élevés que la saison dernière, poursuivant la tendance des cinq dernières années, et souligne que la vitesse de croissance des plants plantés la superficie reste comprise entre 300 et 500 hectares par an.

Le fruit marocain jouit d'une bonne réputation et est préféré par les consommateurs européens, car il s'agit d'un fruit de haute qualité, et de plus, ces nouveaux projets sont mis en œuvre sur la base de nouvelles et meilleures variétés de myrtilles offertes par le marché de la sélection végétale, ce qui renforcer le bon prestige du produit.

Séminaire international à Casablanca

L'industrie de la myrtille au Maroc est en constante évolution, c'est pourquoi le pays offre de nombreuses opportunités d'investissements étrangers et locaux dans de nouveaux projets. Cette réalité de l'industrie marocaine et ses perspectives seront l'un des thèmes centraux du XXIe Séminaire International de la Myrtille qui se tiendra au Hyatt Regency Casablanca le 9 juin prochain.

Amine Bennani, en plus de diriger l'organisation qui regroupe la grande majorité des producteurs marocains, est un interlocuteur bien connu de l'industrie mondiale de la myrtille, et sera l'un des participants au XXIe Séminaire international sur la myrtille, exposant sur le " État actuel et projections de la filière marocaine de la myrtille », en compagnie du docteur en économie de l'Université de Casablanca, Hassan Ouabouch, qui le fera sur les « Facteurs de différenciation de la filière marocaine de la myrtille », et du co-PDG de Fall Creek , Cort Brazelton, qui interviendra sur "Le marché mondial du bleuet et les stratégies de compétitivité".

La production en substrats, la biofertigation et le contrôle de la salinité dans les cultures hors-sol, la gestion axée sur la qualité, les aspects nutritionnels, la lutte antiparasitaire et les maladies les plus importantes, feront partie des sujets qui seront abordés lors de la réunion par les différents spécialistes internationaux qui participeront.

Vous cherchez à produire toute l'année

L'industrie de la myrtille au Maroc a de grandes projections et les investisseurs internationaux s'intéressent de plus en plus à la mise en œuvre de nouveaux projets productifs dans différentes régions du pays.

Dans ce contexte, Amine Bennani a une vision très claire des perspectives de la filière marocaine de la myrtille.

Quels sont les avantages du Maroc ?

Au Maroc, une grande opportunité s'ouvre pour les myrtilles, elles peuvent être produites 10 mois par an. Dans les régions où il n'y a pas de froid, nous produisons de septembre à avril ou mai. Nous produisons en plaine et dans des zones proches de la mer, là où il n'y a pas beaucoup d'heures de froid. Nous avons des viticulteurs qui songent à produire en hauteur, avec une conduite au sol et sans couverture jusqu'à présent, avec des variétés qui résistent aux basses températures. L'idée est de produire d'avril à août ou septembre et ainsi pouvoir avoir une production tout au long de l'année.

Le Maroc, en Afrique du Nord, a différents types de climat, au nord il est méditerranéen et un peu plus au sud il fait plus chaud. Les minimales oscillent entre 5 ºC et 15 ºC, selon la zone. Le nord est plus pluvieux, et l'eau est disponible dans toutes les zones, et dans d'autres, des procédés de dessalement de l'eau de mer sont à la disposition des producteurs.

Les zones de production se situent majoritairement au nord, ce qui correspond à des cultures de sol, avec semis direct, et 30 à 35% au sud, avec des cultures en pots. Les principales variétés proviennent du bleu africain, de l'Atlantique (Hortifruit), du groupe Royal et de Driscoll`s. Les cultures sont toutes protégées par des grillages à 50% en été et par des bâches plastiques en hiver.

source
Martín Carrillo O.- Conseil sur les myrtilles

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Driscoll's accepte les termes de l'acquisition de Berry Gardens

Analyse du panorama mondial de la production de myrtilles

Paula del Valle analysera les variétés du Pérou et leur post...