Progression de la saison 2018-2019: l'Afrique du Sud a enregistré la plus forte croissance jusqu'à la semaine 41

La saison de commercialisation de la myrtille 2018-2019 avance à toute vitesse, et les principaux producteurs et certaines sociétés commerciales affichent déjà des indices qui permettent de comprendre comment elle s'est comportée comme l'une des industries les plus compétitives du secteur horticole mondial.

L’Afrique du Sud, un pays qui jusqu’à moins de 10 il n’existait pas en tant qu’acteur dans la production de baies bleues, fait maintenant preuve d’un comportement ferme dans la culture et l’exportation de ce fruit et s’introduit sur les marchés d’Europe continentale, d’Asie et du Royaume-Uni. .

Selon l'estimation des spécialistes des données de marché sur les bleuets jusqu'à la semaine 41 de la saison 2018-2019, le pays africain a mobilisé des tonnes 1.308 de fruits frais vers des destinations internationales, une quantité qui contraste avec les tonnes 408 à peine Il a commercialisé ce pays à la même période la saison dernière.

Vu sous un autre angle, la production sud-africaine a augmenté de 569% entre les saisons 2016-2017 et la saison actuelle, une situation qui attire tous les regards vers l'un des marchés les plus prometteurs au monde et qui se rapproche de plus en plus des concurrents émergents comme le Pérou et le Maroc.

Outre la production du fruit lui-même, l'industrie nationale de la myrtille a dû faire face à une série de défis. Les membres de l'Association sud-africaine des producteurs de baies (SABPA) ont donc un regard positif. croissance de l'entreprise

Jeán Kotzé, le nouveau président de la SABPA, a indiqué début octobre que l'un des plus gros obstacles à la production de fruits en Afrique du Sud était lié à l'enregistrement des produits chimiques. Il en était donc "frustré".

Il a déclaré qu'ils traitaient une projection 10. Tonnes 000 produites à la fin de l’année 2018, avec lesquelles elles cherchent à gagner la confiance des gros et importants consommateurs de bleuets du monde tels que les Asiatiques et les Nord-Américains.

Autres marchés

Dans l'hémisphère sud, en particulier en Amérique latine, les chiffres sont une variante du comportement de certains des marchés les plus établis de l'industrie du bleuet, tels que l'Argentine, le Chili, le Pérou et l'Uruguay.

Dans le premier des pays mentionnés, les conditions climatiques ont été quelque peu défavorables pour la production de bleuets. Les analyses des maisons de commerce consacrées à l’étude du marché de ces baies suggèrent que les températures chaudes ont accéléré la maturation des fruits dans des zones telles que Tucumán et Entre Ríos.

Les données suggèrent que les exportations à ce jour ont été de l'ordre de 576 tonnes de fruits frais, dont seulement 20 ont été expédiées par voie maritime, le reste ayant été acheminé par voie aérienne vers des marchés tels que les États-Unis.

Le Comité des canneberges du Chili a publié cette semaine un premier rapport dans lequel il est révélé qu'il est estimé une production similaire à celle de l'année 2017, soulignant une augmentation non spécifiée des expéditions de fruits congelés, ceci parce qu'aux États-Unis la demande du produit est plus forte ce moment.

Ils parlent d'une exportation de tonnes 105.000 en fin de saison, ce qui se traduit par une chute de 5% par rapport à la période 2017-2018, où 110 a été expédié. Tonnes 000, un chiffre marqué comme "record" dans le pays du sud.

En ce qui concerne le climat, l'organisme indique qu'il est resté dans des marges "normales", soulignant l'accumulation suffisante d'heures froides hivernales qui assurent maintenant une bonne germination dans les plants de bleuets.

Le Pérou a accumulé une production de tonnes 19.748 de bleuets jusqu’à la fin de sa semaine numéro 39. Au cours de cette période, elle a réussi à produire des tonnes de 4.500 plus que l'année dernière, selon des chiffres préliminaires.

Entre les semaines 38 et 39, 60% des envois ont été acheminés vers les États-Unis, ce qui est plus que d'habitude, selon des rapports, indiquant des expéditions allant jusqu'à 50% des producteurs péruviens vers la nation nord-américaine.

Les expéditions aériennes continuent d’avoir peu d’impact sur la commercialisation des bleuets péruviens, mais la demande pour cette liaison était importante au cours de la semaine 39 en raison de la demande des marchés étrangers.

En Uruguay, la saison se développe plus lentement que dans les autres pays de la région. Jusqu'à la semaine 40, ils avaient à peine exporté des tonnes de fruits 68, des tonnes 300 inférieures à la saison 2016-2017.

Les États-Unis sont la destination prioritaire de la canneberge uruguayenne. Ils ont reçu 70% de sa production hebdomadaire par voie aérienne. Le Canada, l’Europe continentale et l’Asie apparaissent également comme des acheteurs, mais à une plus petite échelle.

source
Paúl Rivas - Blueberries Consulting

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

« Les promotions sur les myrtilles fonctionnent à merveille »
Une augmentation des exportations de myrtilles péruviennes est attendue malgré ...
Les chercheurs du CAES examinent les problèmes de qualité des myrtilles pour p...