Colombie-Britannique: les producteurs de bleuets attendent avec impatience la décision commerciale imminente des États-Unis.

La Commission du commerce international des États-Unis déterminera cette semaine si les importations de bleuets ont nui à l'industrie

Les producteurs de bleuets de la Colombie-Britannique sont impatients d'entendre le résultat d'une décision de la Commission du commerce international des États-Unis (USITC) cette semaine sur la question de savoir si les producteurs de bleuets américains ont été touchés par les importations en provenance de pays comme le Canada.

Depuis septembre, la menace de droits de douane ou de quotas sur la plupart des exportations de bleuets de la province se profile. Jeudi, l'USITC votera pour déterminer ce qu'elles seront ou pour déterminer que les myrtilles importées n'ont subi aucun dommage et que le problème disparaîtra.

Lundi, des politiciens américains et des groupes industriels ont affirmé leur soutien aux producteurs de bleuets américains dans un communiqué de presse qui a nommé deux sénateurs et cinq membres du Congrès.

La déclaration comprend une affirmation de l'Union nationale des agriculteurs selon laquelle entre 2015 et 2019, les revenus d'exploitation des producteurs ont chuté de 32,4%. La déclaration désigne le Canada, ainsi que le Mexique, le Pérou, le Chili et l'Argentine comme les pays responsables de l'augmentation des importations aux États-Unis.

Mais selon Anju Gill, directeur exécutif du BC Blueberry Council, cette augmentation ne provient pas de la Colombie-Britannique, qui cultive environ 95% des grands bleuets du Canada. Il existe une industrie du bleuet sauvage dans l'est du Canada.

Gill a ajouté que la Colombie-Britannique et les États-Unis partagent une relation très étroite en ce qui concerne les bleuets, avec une quantité uniforme et réciproque de baies traversant la frontière dans les deux sens la plupart des années.

Selon le BC Blueberry Council, les producteurs de la Colombie-Britannique produisent environ 95% des grands bleuets du pays. (Rafferty Baker / CBC)

Selon lui, la Colombie-Britannique produit en moyenne environ 73 millions de kilogrammes de myrtilles chaque année, dont environ 70 pour cent sont exportés. Les expéditions américaines représentent environ les deux tiers des exportations, selon Gill.

Le processus de l'USITC est ce que l'on appelle une enquête de sauvegarde mondiale au titre de l'article 201. Contrairement aux différends de l'Organisation mondiale du commerce, il est mené par une agence du gouvernement américain et n'analyse pas les conditions telles que les subventions qui rendent le commerce international injuste, uniquement si souffrir du fait des importations.

Gill a déclaré que la nouvelle de l'enquête avait été une surprise l'automne dernier et l'avait occupée.

«C'est un gros problème, cela demande beaucoup de ressources. C'est une enquête très courte, et de mon point de vue, je dois être très impliquée et ça va très vite », a-t-elle dit, ajoutant qu'elle avait fait des présentations et qu'il y avait un public le mois dernier. .

Après cette audience, Gill a déclaré qu'il n'avait aucune idée de la direction de la commission et attendait avec impatience la décision de jeudi, peu importe qui elle préférait.

"C'est stressant? Je veux dire, l'entreprise continuera. Vous savez, si des tarifs ou des contingents sont imposés à l'industrie canadienne, ce n'est évidemment pas ce à quoi nous nous attendons, mais nous devons nous en occuper au fur et à mesure.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La crise agroalimentaire s'aggrave après sept mois de guerre en...

Family Farms importera 405.000 XNUMX plants de bleuets du Chili par voie terrestre

Chiffres de la myrtille sur le marché américain