Route de l'eau

Bien que coûteux et non sans obstacles, il s’agit d’un projet intéressant qui mérite d’être étudié avec soin.

Au cours de ce mois, le projet de voie d'eau sera présenté à la MOP, qui postule son approbation en tant qu'initiative privée. Cela permettrait de financer les plans nécessaires avant de pouvoir concéder des travaux de cette taille. Selon des estimations préliminaires, le coût total s’élèverait à US $ 25-30, ce qui permettrait au moins à 450 d’irriguer un millier d’hectares entre Biobío et Atacama. Cela augmenterait considérablement la production agricole et les exportations.

Ce n'est pas la première initiative de ce genre. Il y a quelques années, il a été proposé d'installer un grand pipeline sous-marin qui acheminerait l'eau vers le nord à partir de l'embouchure des rivières de la région de Biobío. Le coût direct de ce projet serait bien inférieur à celui de l'autoroute de l'eau, mais le coût de la mise en valeur de l'eau semble le rendre non viable pour une utilisation dans l'agriculture, selon les promoteurs de l'autoroute de l'eau. La possibilité d'utiliser de l'eau dessalée pour l'irrigation dans le nord a également été évoquée, mais le coût de l'énergie et celui de la centrale concernée la rendent également non viable pour le moment. À cet égard, bien qu’il existe au Moyen-Orient des expériences d’utilisation d’eau dessalée à des fins agricoles, cela ne semble avoir fonctionné que de manière économique en Israël. Il est toutefois possible qu'avec la réduction des coûts de l'énergie solaire, il soit possible de reproduire cette expérience dans notre partie nord, alors que le coût de l'eau dessalée approche de US $ 0,4 / m {+ 3} .

Les partisans de la voie navigable soutiennent que, sauf dans l'extrême nord, leur projet permettrait un système d'irrigation moins coûteux que toutes les autres solutions. Étant donné que la gravité servirait à chasser l’eau du Biobío au nord en plusieurs étapes, le coût - du moins jusqu’à la région de Valparaíso - correspondrait exclusivement à celui de l’investissement; Au nord de l'Aconcagua, cependant, il serait nécessaire de les pomper. Le concept nécessite l'utilisation des droits d'utilisation de l'eau de la rivière Queuco et d'autres de la région du Biobío, permettant d'extraire jusqu'à 8% de son débit dans la chaîne de montagnes. Ces droits seraient utilisés en hiver, lorsque les agriculteurs qui en sont propriétaires ne les utilisent pas. Le flux serait acheminé par des canaux gravitationnels au nord de la région, où il serait stocké dans des barrages, certains déjà existants et d'autres à construire. Ces eaux seraient utilisées pour irriguer les terres sèches de Yumbel à la VIIe région. Une partie serait livrée au barrage hydroélectrique de Colbún en échange des droits d’eau de cette chaîne de montagnes, pour commencer le stade 2, de nouveaux canaux avec de l’eau entraînée par la gravité au nord, au Mapocho, au sud de la station d'épuration de Santiago. Une troisième section débuterait dans un nouveau réservoir au-dessus de la rivière Cachapoal, dans la Cordillère, tandis qu'en aval du canal de deuxième étage remplacerait les eaux du barrage. Cette troisième section acheminerait les eaux vers la région de Coquimbo, dans le réservoir de Corrales, d'où partaient d'autres sections, jusqu'à une cinquième étape, qui aboutirait à Copiapó. Dans chacune des étapes, les eaux seraient utilisées pour l'irrigation, la purification et l'industrie, et dans le cas du nord, également pour l'exploitation minière.

Le projet est ingénieux mais coûteux, puisqu'il nécessite des milliers de kilomètres de canaux pour tirer parti des pistes. Il est conçu de manière modulaire, de sorte que l’on ne peut commencer que par la première étape et, s’il réussit, aller de l’avant. Cependant, cela peut susciter certaines appréhensions environnementales, car même si les agriculteurs pensent que l'eau qui se jette dans la mer est une ressource perdue, elle remplit un rôle environnemental et, en la réduisant, elle permet de voir les écosystèmes fluviaux et leurs embouchures. affecté Cependant, le fait que seulement 8% de l’eau des rivières soit nécessaire en hiver devrait atténuer ces craintes; malgré tout, c'est un facteur à prendre en compte. Enfin, pour le financement, il serait nécessaire de faire payer les agriculteurs, ce qui pourrait constituer un autre obstacle. Quoi qu’il en soit, c’est une initiative intéressante qui doit être étudiée avec soin.

source
Le mercure

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La 5e saison de Better with Blueberries commence en Argentine

Des scientifiques péruviens récupèrent et étudient les bleuets sauvages indigènes...

Chili : L'exportation nationale de fruits vers la Chine se développe et à Biobío, il y a une forte ...