Chili : l'exportation nationale de fruits vers la Chine augmente et à Biobío, les attentes sont élevées

La production du pays a augmenté et la Région est sur le point de commencer à récolter pour expédier au géant asiatique. Les attentes sont concentrées sur l'évitement de ce qui s'est passé l'année dernière avec les expéditions au milieu de la pandémie.

Un autre des éléments qui a été touché par l'arrivée de la pandémie dans le pays en mars 2020 était le secteur forestier. Bien que le premier semestre de l'année dernière ait été extrêmement complexe et que seuls 2.541 2021 millions de dollars américains aient été exportés, ce semestre, le marché s'est redressé et entre janvier et juin 2.960, XNUMX XNUMX millions de dollars américains ont été exportés.

Selon l'étude réalisée par l'Office des études et politiques agraires (Odepa), par exemple, les expéditions de cerises, l'un des fruits les plus appréciés, ont augmenté de près de 37% par rapport à l'année précédente, où la pandémie a joué un rôle fondamental rôle dans la diminution des succès enregistrés les années précédentes.

Les complications n'étaient pas seulement économiques, mais aussi logistiques. Plusieurs expéditions n'ont même pas pu entrer en Chine en raison des réglementations sanitaires imposées au géant asiatique.

Biobío se prépare

Les soulèvements de la exportations de fruits vers la Chine Ils apportent de bonnes nouvelles pour l'économie nationale et, surtout, pour la région du Biobío, qui est sur le point de commencer à expédier des expéditions, dans un premier temps en novembre.

« Dans la Région, nous ne sommes pas exportation de fruits maintenant, mais nous commencerons à le faire à la mi-novembre. Nous attendons beaucoup de ce qui va se passer, étant donné que l'année dernière nous avons eu plusieurs problèmes. Nous espérons qu'au cours de cette année, le processus d'exportation se déroulera sans heurts et que nous atteindrons de bons prix. Nous ne voulons pas répéter, par exemple, ce qui nous est arrivé l'année dernière avec les expéditions de cerises », a commenté José Miguel Stegmeier, président de la Société agricole de Biobío (Socabío).

Il a ajouté que "nous voyons comment le marché chinois connaît une reprise très puissante et nous nous mettons à la disposition des exigences pour commencer à exporter vers ce pays".

Aujourd'hui, les attentes sont tournées vers la production fruitière. Les agriculteurs locaux se mettront à éplucher les bleuets et les cerises. Pour cela, la collection sera la clé.

«Nous attendons, mais nous avons aussi un problème, car il y a une pénurie de travailleurs. La myrtille et la cerise doivent être cueillies à la main et il n'y a personne pour effectuer l'étape initiale. Dans la exportation et tout le reste, je pense que nous n'aurons aucun problème. Novembre, décembre, janvier et février, qui sont les mois forts, je pense que ce sera assez positif », a déclaré Stegmeier.

Les préoccupations de la guilde se concentrent sur une capacité de récolte suffisante pour répondre aux exigences de la Chine à partir de novembre. "Nous voulons récolter et expédier le plus rapidement possible car, bien que la chaîne du froid soit bonne, l'idée est d'envoyer le produit le plus frais possible", a déclaré le président de Socabío.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

L'agriculture régénérative doit évoluer ou mourir

La production mexicaine de myrtilles dépasse les 50.000 XNUMX tonnes

Chili : Humboldt Shipping Union annonce une grève d'Arica à Punta Arenas