Comment l'Afrique peut bénéficier d'un secteur agricole fort

Un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture soutient que les gouvernements africains doivent investir davantage dans leurs secteurs agricoles pour promouvoir la croissance, créer des emplois et réduire la pauvreté.

Les économistes reconnaissent depuis longtemps l'importance d'investir dans l'agriculture, car le secteur est potentiellement un moteur de croissance, de création d'emplois et de réduction de la pauvreté.

Des études spécifiques à chaque pays, pour l'Éthiopie et le Ghana, par exemple, ont également souligné comment la fourniture de biens et services publics dans l'agriculture a un impact substantiel à la fois sur la productivité agricole et le bien-être rural.

L'investissement public dans l'agriculture est important pour deux raisons fondamentales. Premièrement, les preuves ont montré que cela est particulièrement efficace pour réduire la pauvreté. Deuxièmement, il est essentiel de remédier aux défaillances du marché, telles que le manque d'infrastructures et de recherche et développement, qui constituent des contraintes majeures à la croissance du secteur.

Dans les pays à ressources limitées où l'agriculture est essentielle à l'économie, il est particulièrement important que des ressources suffisantes soient allouées au secteur. Dans les pays africains, l'augmentation du volume des dépenses publiques consacrées à l'agriculture est un moyen essentiel de stimuler la productivité et de réduire la pauvreté.

Les preuves de transformations agricoles réussies dans 12 économies asiatiques ont révélé que pendant leurs périodes de forte croissance agricole (« Révolution verte »), elles consacraient environ 10 % des dépenses publiques totales à l'agriculture.

Tendances des dépenses

L'analyse de plusieurs pays d'Afrique subsaharienne a révélé que les dépenses publiques totales consacrées à l'alimentation et à l'agriculture entre 2004 et 2018 étaient en moyenne d'environ 6 %, en deçà de l'objectif de 10 % de la Déclaration de Maputo.

Les dépenses publiques pour l'alimentation et l'agriculture ont augmenté rapidement (environ 13 % en moyenne) entre 2004 et 2018, avec huit des 13 pays étudiés connaissant une croissance à deux chiffres de leurs budgets alimentaires et agricoles.

Cependant, compte tenu de l'inflation, de la dépréciation de la monnaie et des facteurs démographiques, cette croissance était beaucoup plus modeste, environ 5 % en moyenne.

Au Ghana et en Tanzanie, les dépenses agricoles (en termes réels) ont même connu une croissance négative.

Avec une croissance démographique rapide et des économies nationales connaissant une inflation élevée et une dépréciation rapide de la monnaie, rendant les intrants importés tels que les engrais plus chers, davantage de ressources sont nécessaires pour atteindre une croissance soutenue des dépenses réelles en matière d'alimentation et d'agriculture par habitant.

Malgré des augmentations des budgets nominaux, la part moyenne des dépenses réelles allouée à l'alimentation et à l'agriculture au cours de la période d'étude était inférieure à 10 % pour la grande majorité des pays.

Exécution budgétaire Les taux d'exécution des dépenses publiques (le pourcentage des fonds budgétisés qui sont dépensés) ont longtemps été un sujet de préoccupation, en particulier pour les investissements en capital tels que les infrastructures.

Certaines études ont révélé que remédier aux faibles taux d'exécution des dépenses globales d'infrastructure en Afrique pourrait augmenter les dépenses de 50 % en moyenne sans ressources budgétisées supplémentaires.

Ces faibles taux d'exécution sont souvent attribués à une mauvaise planification, une mauvaise préparation des projets et des retards dans la passation des marchés. L'une des raisons de la faiblesse des dépenses agricoles est que l'argent est déboursé trop lentement et n'est donc pas dépensé.

Le taux d'exécution moyen des dépenses consacrées à l'alimentation et à l'agriculture était de 79 % au cours de la période d'étude, ce qui signifie qu'en moyenne, 21 % du budget n'a pas été dépensé dans tous les pays, ce qui compromet les investissements transformateurs.

Cela est dû à une trop grande dépendance vis-à-vis des projets financés par les donateurs, des retards dans le déblocage des fonds, un manque d'alignement entre le déblocage des fonds et la nature saisonnière du secteur agricole, et un certain nombre de projets qui se sont avérés difficiles à planifier.

Le financement des donateurs est également un contributeur majeur au secteur agricole. En moyenne, 36 % des budgets africains consacrés à l'agriculture sont constitués de contributions de donateurs, qui représentent souvent une part plus élevée des fonds de projet non dépensés. La différence entre les taux d'exécution nationaux et ceux des donateurs peut s'expliquer par au moins trois facteurs.

Premièrement, les salaires, traitements et autres dépenses récurrentes sont souvent plus prévisibles et sont souvent financés par des sources nationales plutôt que par des dépenses financées par des donateurs. Ce dernier finance principalement des dépenses d'investissement, plus difficiles à mettre en œuvre et plus exposées aux changements brusques.

Deuxièmement, les projets d'investissement (financés principalement par les donateurs) peuvent nécessiter une approbation législative, même lorsque les ressources ont été budgétisées. Les plans de passation des marchés peuvent ne pas être rédigés avant que les budgets ne soient disponibles, ce qui retarde la mise en œuvre du projet et compromet les dépenses des donateurs.

Troisièmement, les programmes financés par les donateurs ont tendance à être de grande envergure et exigent des gouvernements qu'ils adhèrent à des règles de gestion de projet spécifiques, ce qui ajoute une couche de complexité à leur mise en œuvre.

solutions

Différentes solutions sont proposées. Premièrement, accroître la proximité des décideurs politiques avec leurs bénéficiaires grâce à la décentralisation pourrait conduire à un meilleur alignement des politiques locales sur les besoins des parties prenantes, en particulier parmi les plus pauvres, ainsi qu'à réduire la corruption et à renforcer la responsabilité des autorités locales.

Deuxièmement, les ressources devraient être dirigées vers les zones à haut niveau de pauvreté et à potentiel agricole, où des dépenses supplémentaires peuvent avoir un impact plus important sur la réduction de la pauvreté et l'augmentation des rendements agricoles, plutôt que de cibler les zones à fort potentiel plutôt que celles à haut niveau de pauvreté. .

L'accent devrait être mis sur la façon dont les budgets sont dépensés. Un meilleur suivi des dépenses publiques est plus impératif que jamais alors que les pays luttent contre la pandémie de COVID-19 en cours et ses effets sur l'alimentation et l'agriculture.

Il est important d'éliminer les goulots d'étranglement créés par la lenteur de l'accès aux fonds, les prévisions de revenus inexactes et les procédures compliquées de mise en œuvre des projets, car tout cela peut retarder le développement agricole d'un pays. Ces problèmes peuvent être atténués en surveillant régulièrement les dépenses publiques et en améliorant les capacités locales de gestion et d'exécution des fonds.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La pollinisation du bleuet par les abeilles, objet d'une publication scientifique

L'invitation attractive de Blueberries Consulting à participer au « T ...

La crise des myrtilles due à l'arrêt de l'aéroport de Tucumán...