Récolter des arbres fruitiers dans le sud du Chili: le défi de travailler en pleine pandémie

La zone sud est en pleine récolte de fruits d'exportation. D'abord les cerises et les myrtilles, puis ce sera au tour des pommes et, enfin, de la noisette européenne. La région de La Araucanía a déjà la tâche bien avancée; Cependant, la pénurie de producteurs à la suite de la pandémie a été l'une des principales préoccupations au début de la saison qui a débuté en décembre 2020.

Dans le cas de cette région, la situation est plus contrôlée, mais il n'en est pas de même plus au sud où les syndicats agricoles ont déjà exprimé leurs objections. Germán Gómez, directeur exécutif de la Société agricole et d'élevage de la région de Los Ríos, Saval FG, explique que la période a été difficile pour le secteur en raison de la diminution des travailleurs saisonniers, en particulier pour les myrtilles, un arbre fruitier qui a la plus grande surface significatif (1.615 ha)

«La principale cause de cette baisse est la limitation requise par la pandémie. Les restrictions de quarantaine sur le mouvement des journaliers ont limité la disponibilité des personnes », dit-il.

«Il y a difficulté et même la diffusion dans les médias a été choisie en proposant des espaces de travail. De plus, il y a eu une amélioration constante des conditions de travail et d'autres avantages, en pensant à motiver les gens à être aussi à l'aise que possible. De toute évidence, cela inclut le souci de mettre en œuvre toutes les garanties et les mesures de biosécurité et de prévention contre Covid-19. Selon les informations de la région, une grande majorité des vergers travaillent avec 30 à 50% de moins de personnes », explique Gómez.

Concernant le profil des cueilleurs, le directeur exécutif de Saval, précise que la grande majorité sont des femmes. "60% d'entre elles sont des femmes au foyer, qui profitent de la saison pour améliorer leurs revenus, environ 20% sont des étudiantes et le reste sont des adultes plus âgés."

Dans la région de Los Lagos, la situation est également complexe. Christian Arntz, président de la Sociedad Agrícola y Ganadera de Osorno, Sago, prévient que l'une des raisons de cette pénurie de récolteurs est la désinformation liée à la fourniture d'avantages sociaux en raison de la crise sanitaire.

«Nous sommes au milieu de la saison de récolte des arbres fruitiers les plus importants de notre région et il y a eu des difficultés à trouver des cueilleurs. Les producteurs continuent à avoir des problèmes liés à la pandémie. Les gens comptent sur les avantages sociaux pour pouvoir surmonter cette crise, mais il y a un manque de définition sur cette question. Nous demandons aux autorités de rendre le message plus clair, car les gens disent: je ne vais pas travailler, parce que je vais perdre mes avantages ».

Arntz souligne que des informations claires doivent être données à cet égard, car il reste encore tout le mois de février pour terminer la saison des fruits.

«Nous appelons le gouvernement, en particulier la Seremía del Trabajo, à avoir une définition claire à cet égard, car les gens se retrouvent avec l'idée qu'en travaillant pendant un mois ou un mois et demi, ils peuvent perdre leurs avantages. Cette situation les décourage, malgré le fait que de bons prix sont payés pour la récolte. Ils ne veulent pas perdre leurs primes sociales. Cela génère un problème pour nous et pour eux aussi, car cela les prive de disposer de plus de revenus pour mieux surmonter la pandémie qui continuera de poser problème en 2021 », souligne le dirigeant syndical.

EXPÉRIENCE À ARAUCANÍA

En septembre 2020, la planification de la récolte de la saison 20/21 a commencé dans la région de La Araucanía. Pour cela, le Seremi del Trabajo y Previsión Social a dirigé une table technique réunissant les représentants régionaux des mutuelles et des organisations syndicales liées au secteur agricole. De là est né un travail de coordination intersectorielle pour la formulation de protocoles d'hygiène et de sécurité axés sur la prévention du virus sur le lieu de travail.

«De tout ce travail, un protocole de récolte Covid-19 pour La Araucanía a émergé et le sous-secrétaire du Travail est même venu. En novembre, la remise d'un document a été achevée et cela a permis à de nombreuses entreprises de ne pas avoir de problèmes avec la direction du travail et le service de santé en raison de la question des sanctions ou des audits. Aujourd'hui, nombre de ces entreprises font afficher ce document dans leurs installations », explique Carlos Inostroza, président d'Araucanía Frutícola.

Inostroza souligne que plusieurs détails ont été pris en compte, notamment la question du transport et la manière dont les moissonneurs allaient entrer dans la caserne. "Il y avait un travail de quatre mois et tout ce qui est appliqué dans la région, donc nos fruits sont récoltés, exportés et envoyés vers les marchés de destination aux niveaux national et international sans problèmes majeurs", souligne-t-il. le meneur.

Ce secteur est d'une importance vitale pour la région. Les résultats du registre des fruits au niveau régional indiquent que la superficie en 2019 a atteint 14.440 14 hectares. En outre, environ XNUMX XNUMX personnes sont nécessaires pour récolter la totalité des plantations en production à La Araucanía.

«Ce secteur est une source importante d'emplois et d'aliments sains pour le Chili et le monde, il doit donc continuer à évoluer. Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu de problèmes majeurs dans la participation des producteurs. L'important ici est que les ouvriers aient compris la dynamique de cette nouvelle réalité, de la façon d'entrer dans les vergers et des mesures de soins à prendre. Les entreprises ont également engagé des coûts au profit des travailleurs », souligne Carlos Inostroza.

C'est le cas d'Agrícola Arroyo Grande, à Fundo Santa Ana, une entreprise qui a commencé la saison des récoltes le 21 décembre. Son verger, de plus de 500 hectares situé sur la commune de Victoria, nécessite un nombre élevé de récolteurs.

Les publications sur Facebook, la promotion radio font partie des stratégies utilisées pour attirer les travailleurs, certains réticents à participer par peur de contracter le virus.

«Au début, il était difficile de recruter des pêcheurs. Cette saison a été beaucoup plus complexe. La peur d'être infecté et l'approbation de 10% des AFP, plus les bons délivrés par le gouvernement en décembre, ont dans un premier temps découragé la participation des travailleurs. Nous avons dû étendre notre rayon de recherche et s'étendre à l'ensemble de La Araucanía et même à d'autres régions. Mais maintenant, nous allons bien, nous sommes heureux car ce processus évolue sans complications », déclare Carolina Bello Flores, en charge du recrutement.

«Les gens avaient peur d'être exposés au virus. Plus qu'être sur le terrain, ils craignaient le transfert. Nous avons dû recourir à d'autres communes, car les gens des environs ne venaient pas. Maintenant, nous avons des producteurs de toute la province de Malleco, de certaines communes de Cautín et de la région de Bío Bío comme Los Ángeles et Negrete », dit Bello, qui ajoute qu'ils ont déjà surmonté cette étape complexe.

«Nous avons déjà suffisamment de monde, les fruits sont contrôlés et la récolte se développe de manière satisfaisante et sous toutes les mesures de sécurité pour éviter le Covid-19. Nous prévoyons de terminer la récolte fin janvier», dit-il.

Agrícola Arroyo Grande cette saison a des bus d'approche de divers points de la région et un paiement attractif pour ceux qui souhaitent participer à la récolte.

«Il est difficile de calculer combien chaque travailleur gagne par jour, car les performances de chacun varient, mais on peut dire qu'en moyenne ils récoltent 50 kilos par jour et nous avons même eu des ouvriers qui ont atteint 140 kilos. Ils sont très concentrés et voient ce travail comme une très bonne opportunité d'emploi », conclut-il.

ET CERISES

Dans la récolte de cerises, une diminution des récolteuses disponibles a également été détectée; cependant, comme il s'agissait d'un travail plus intensif et mieux rémunéré, ce problème a été résolu plus rapidement.

Andreas Köbrich, secrétaire général de la Sociedad de Fomento Agrícola de Temuco, Sofo, précise qu'en général la main-d'œuvre est restreinte dans la zone.

«Les gens ne sont pas tous sortis pour récolter comme ils le faisaient les années précédentes, et cela se voit surtout dans les vergers de bleuets. Le fait que davantage de personnes soient nécessaires pour ce travail est l'une des raisons », déclare Köbrich.

Le secrétaire exécutif de Sofo explique que la récolte des cerises se fait principalement en haut d'une échelle et présente d'autres complications spécifiques à cet arbre fruitier, de sorte que les ouvriers qui se consacrent exclusivement à cette culture «ont de l'expérience», dit-il. ; il est également plus attractif du point de vue de la rémunération.

«Les rémunérations qu'un cerisier peut obtenir sont plus élevées. Normalement, dans la récolte, il y a une fraction fixe et une autre variable qui dépend de ce que fait chaque récolteur. Il y a des gens qui se consacrent plus ouvertement à cette récolte. Ce sont des groupes qui se consacrent exclusivement à cette tâche et font plusieurs récoltes dans la saison. La récolte dans un jardin dépendra de la surface, mais elles ne durent pas plus de 15 jours, ce n'est pas le cas avec les myrtilles où la période de récolte est plus longue. Les producteurs de cerises se déplacent du nord au sud et les salaires sont souvent le double de ceux des myrtilles », explique Köbrich.

Francisco Medina, propriétaire de l'Agrícola Los Tatas, une propriété située dans le secteur de Tijeral, commune de Renaico, a déjà terminé les vendanges. C'est la quatrième saison que ses fruits de haute qualité sont exportés vers la Chine.

Six jours de travail intense, 150 personnes plus l'équipe de l'usine, ont suffi pour récolter 108.000 XNUMX kilos de cerises de son verger. Bien que la récolte des fruits n'ait pas rencontré de problèmes majeurs et se soit déroulée dans les délais prévus, cet entrepreneur a noté moins d'intérêt à participer cette saison.

«Grâce au paiement de 10% de l'AFP, il y avait moins de personnes intéressées par la récolte dans la région. Dans notre cas, la cerise a déjà été retirée du verger et est partie pour sa destination samedi dernier (9 février) dans le but d'être disponible pour le nouvel an chinois », explique ce producteur, qui a mis en avant le profil des récolteurs.

«Ce sont des gens qui travaillent depuis octobre dans ce type de verger, avec une expérience significative. Une personne prend en moyenne 350 kilos par jour et des paiements intéressants. Dans certains cas, ils atteignent 130 XNUMX $ par jour », dit-il.

Bien que le scénario de la saison soit encore incertain - les données les plus claires le seront lorsque le Nouvel An chinois arrivera le 15 février - Francisco Medina est optimiste.

«L'année dernière, j'ai donné le bâton au chat. J'ai pris la récolte 7 jours avant et je n'ai eu aucun problème avec la vente de la cerise. J'espère que cette année sera bonne de toute façon, bien qu'avec les restrictions dues à la pandémie, on ne sait jamais. Mais, malgré cette crise sanitaire, nous sommes plus forts que jamais, car quiconque est né cigale meurt en chantant. La vérité est que ni la question de la pandémie, ni la question du gouvernement n'ont arrêté mon projet. Nous allons avec tout », conclut-il.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Du côté positif, les récoltes de myrtilles se terminent au Chili

Freshuelva et Extenda signent un accord pour promouvoir l'international ...

Fruit Cleaning Service propose une alternative pour les fruits rouges à problème ...