L'essor du Maroc : le pôle d'investissement attractif pour l'exportation de myrtilles

La superficie de myrtilles plantées dans le pays africain a été multipliée par 15.37 depuis 2005, lorsque les premières plantations de fruits bleus ont commencé. Plus de 15 ans plus tard, sa situation privilégiée et les conditions politico-environnementales augmentent continuellement sa production annuelle.

Situé en Afrique du Nord, dans une situation privilégiée avec un accès aux marchés asiatiques, européens et africains, le Maroc s'est lentement construit une réputation pour sa production de myrtilles.

En 2005, une poignée de producteurs se sont lancés dans la culture de ce fruit. Les dix premières années, la croissance d'une année sur l'autre a été faible mais constante, tandis que les producteurs locaux se sont familiarisés avec cette nouvelle baie, son comportement et les besoins qu'elle avait, à cette époque, dans la principale zone de production du pays : Loukos. Gharb, dans le nord du pays. .

Cependant, à partir de 2015, la croissance a été exponentielle. L'augmentation de la surface interannuelle a connu un boom, atteignant une croissance allant jusqu'à 500 hectares par an. Cela a été impulsé par l'arrivée de capitaux étrangers au Maroc, qui, avec des agriculteurs désormais expérimentés, ont augmenté les plantations de fruits à Loukos Gharb et créé de nouvelles zones de culture à Agadir, dans le centre-nord du royaume, et Dakhla au nord. sud. En 2020, ils ont réussi à produire 35.100 19 tonnes de myrtilles, 2005 fois plus que ce qui avait été obtenu en XNUMX.

Malgré le fait que 80% des plantations de baies marocaines sont inférieures à cinq hectares, un marché de fournitures agricoles s'est développé capable d'approvisionner cette industrie en pleine croissance. Les entreprises agrochimiques, les technologies et les structures agricoles sont arrivées dans le pays africain à la suite d'investissements étrangers qui voient les avantages suivants au Maroc.

ressources à portée de main

Le climat, la main-d'œuvre et l'eau sont des ressources qui ne manquent pas dans le pays africain et qui ne profitent qu'à la production de myrtilles.

Loukos Gharb bénéficie d'un climat méditerranéen, tandis que le déplacement vers le sud apporte des températures plus élevées et moins de risques de pluie dans les autres zones de production d'Agadir et de Dakhla. En général, les températures minimales atteignent entre 5 et 15°C, créant un écart de température avec le jour suffisant pour créer des fruits de bon goût.

L'essor des baies dans le pays s'explique aussi par la grande disponibilité de main-d'œuvre à une valeur "raisonnable", comme le décrit M. Amine Bennani, président de l'Association marocaine des producteurs de fruits rouges (AMPFR), dans Blue Magazine. Le royaume dispose d'une main-d'œuvre jeune et expérimentée, avec de vastes connaissances techniques agricoles. La disponibilité est si grande que, pendant la saison espagnole, environ 2000 XNUMX travailleurs traversent la Méditerranée pour travailler dans les champs du sud du pays européen.

Enfin, contrairement à d'autres pays, le changement climatique n'a pas encore fait de ravages dans cette région. Loukos Gharb et Dakhla ont de l'eau disponible à des fins agricoles, tandis que dans les zones où elle est plus rare, comme Agadir, il existe des infrastructures pour irriguer les champs grâce à des usines de dessalement.

l'emplacement est tout

Bien qu'ils n'aient pas été à l'abri des conséquences de la pandémie, la situation géographique du Royaume du Maroc le favorise pour l'exportation de fruits frais vers des marchés à forte valeur ajoutée. "De la ferme au consommateur en Europe il nous faut 4 jours, en Russie 6 jours", a déclaré M. Bennani de l'AMPFR dans le magazine.

La croissance des myrtilles au Maroc a stimulé l'exportation de fruits frais par rapport aux fruits surgelés. La qualité de ses fruits gagne du terrain sur le marché européen qui reçoit près de 90 % de sa production, ses principales destinations étant l'Espagne, l'Angleterre, les Pays-Bas, l'Allemagne et la France.

Sa localisation sur le globe lui donne également des avantages pour atteindre les marchés d'Amérique du Nord (États-Unis, Canada) et d'Asie (principalement la Chine) avec des produits frais et surgelés. Ces exportations ont été les plus touchées par la pandémie, étant donné qu'après la fermeture de l'espace aérien, les cargaisons de myrtilles n'ont pas pu être expédiées de l'aéroport de Casablanca vers les marchés asiatiques.

Tous les progrès du marché international de la myrtille ont été aidés par les accords commerciaux conclus avec l'Union européenne, la Turquie, les États-Unis et les Émirats arabes unis, par exemple. Ces accords sont non seulement un coup de pouce économique, mais aussi une garantie de la qualité de son produit car il doit se conformer à des réglementations strictes telles que celle européenne.

Réseaux de soutien

Des ports à grande capacité, des autoroutes étendues, des infrastructures hydrauliques et des avantages fiscaux font partie du contexte socio-politique qui a favorisé le Royaume du Maroc pour le développement de l'agro-industrie dans le pays.

Par ailleurs, la production de baies est associée à la Fédération Interproberry qui promeut à son tour la production de fruits rouges marocains à travers l'Association Marocaine des Producteurs de Fruits Rouges (AMPFR) et dans la valorisation du produit d'exportation avec l'Association Marocaine des Fruits Rouges. emballeurs-exportateurs (AMCEF).

Le pays possède 1800 XNUMX kilomètres d'autoroute et l'un des plus grands ports d'Afrique, Tanger-Med, près d'Agadir. A ces avantages s'ajoute l'exception de la perception des taxes sur les fournitures agricoles.

Perspectives actuelles

La pandémie a affecté non seulement les exportations vers des destinations plus lointaines par fret aérien, mais aussi la dynamique de travail au sein des exploitations, qui ont dû respecter les mesures sanitaires strictes du Royaume du Maroc.

Cependant, l'industrie marocaine reste ambitieuse. Sans tomber à la traîne des tendances mondiales, ils cherchent à augmenter la disponibilité variétale du pays, afin d'avoir une disponibilité de myrtilles tout au long de l'année. Les zones du sud, comme Dakhla, commencent en octobre, tandis que celles du nord en janvier, atteignant un pic en mars et se terminant en juillet. Désormais, des entreprises étrangères s'emploient à créer des cultures dans les hautes terres du pays, qui peuvent commencer la production en août, fermant ainsi un cycle de production annuel.

Les pratiques techniques telles que l'utilisation de substrats dans les nouvelles cultures dans le sud du pays surprennent par leurs résultats de qualité. Plus d'informations sur les progrès et les opportunités de ce marché seront discutées dans le XXII Séminaire International sur les Myrtilles Maroc, le 9 juin à l'hôtel Hyatt Regency de Casablanca.

source
Catalina Pérez Ruiz - Consultation sur les myrtilles

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La crise agroalimentaire s'aggrave après sept mois de guerre en...

Family Farms importera 405.000 XNUMX plants de bleuets du Chili par voie terrestre

Chiffres de la myrtille sur le marché américain