En France la filière myrtille continue de se développer

Les producteurs croient que les nouveaux systèmes de gestion et la nouvelle génétique sont essentiels pour la durabilité de leurs champs.

En 2022, la surface totale de production de myrtilles en France a continué de croître à un rythme modéré de 6 %. Bien qu'encore mineure par rapport à d'autres cultures, cette progression est atypique dans le paysage agricole français en déclin et attire de nouveaux planteurs dans la culture.

Depuis 2017, la consommation a été multipliée par 6 en volume et par 5 en valeur. Selon des études, les myrtilles sont surtout consommées entre avril et août. 64 % des myrtilles sont achetées durant cette période, avec une saison de pointe en mai.

2022 a été difficile

2022 a débuté par un épisode sévère de gelées printanières, heureusement les dégâts ont été moins importants que l'année précédente. Un été exceptionnellement chaud s'est traduit par une récolte d'excellente qualité. Cependant, le réchauffement climatique semble réduire la saison de récolte dans toutes les variétés et zones de production. De mi-juin à mi-juillet, le marché a été surapprovisionné et il est vite devenu difficile de maintenir des prix satisfaisants, ce qui a conduit certains producteurs à opter pour l'arrière-saison, avec des myrtilles lapin, comme la variété Centrablue, originaire de Nouvelle-Zélande. . .

 

évolutions de la production

Dans les nouveaux vergers, les techniques culturales évoluent sous plusieurs aspects. Génétique moderne, densification des plantations, fertirrigation et utilisation de polytunnels ou de filets anti-grêle, anti-oiseaux et drosophiles.

Les premiers jardins « hydroponiques » ont maintenant 3 ans et devraient se répandre dans le futur. Des coûts d'établissement de champs plus élevés, ainsi qu'un manque général de connaissances sur la gestion des champs hydroponiques, limitent encore la progression à l'heure actuelle, mais il y a de l'intérêt et les premiers résultats sont sur le point de confirmer un modèle commercial valide.

Aujourd'hui, les producteurs croient que le système de production et la génétique jouent un rôle important dans la durabilité de leurs vergers. Pour cette raison, le Syndicat Français de la Myrtille, avec le soutien du CTIFL (Centre Technique des Fruits et Légumes), a mis en place une parcelle d'essai de variétés sur 3 sites, aux conditions climatiques différentes. L'objectif est d'identifier les variétés les plus productives dans chaque situation de climat et de sol, ainsi que d'observer rapidement de nouvelles variétés.

formation

Les résultats seront partagés au sein de l'Association des producteurs de bleuets, afin d'encourager de nouvelles plantations avec des variétés qui se sont avérées supérieures. En plus de ces parcelles d'essai, des expérimentations sont menées, des sessions de formation ont été organisées et des séminaires techniques ont été organisés. Cela semble répondre à une demande constante de nouveaux producteurs.

Tout cela révèle le dynamisme d'un secteur soucieux d'améliorer ses capacités techniques pour répondre aux besoins du marché, tant en quantité qu'en qualité. Un beau scénario se dessine et il est à prévoir que le contexte économique général compliqué au sein de l'Union Européenne n'arrêtera pas ce nouvel élan pour la culture de la myrtille en France.

Cet article, avec plus d'informations, peut être lu à l'adresse Magazine Bleu Magazine 2023: www.bluemagazine.com

source
Consultation sur les bleuets

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La demande stimule la production croissante de bleuets en Chine
L'industrie chilienne de la myrtille montre sa volonté de reprendre le leadership
Au Chili, ce 11 avril, deux industries à succès se sont rencontrées