Robbert Leisink, de Fruitful-Berries (Pays-Bas) :

« Cette saison des myrtilles est révélatrice pour les supermarchés »

Les dernières semaines ont été très difficiles pour les fournisseurs, les commerçants et les conditionneurs de myrtilles en raison des volumes d'approvisionnement limités en provenance du Pérou et de l'Afrique du Sud. "La demande est cependant restée élevée, ce qui a créé une situation de prix plutôt étrange pendant une très longue période", explique Robbert Leisink de la société néerlandaise Fruitful-Berries.

« Et bien que ces dernières années, la qualité des myrtilles sud-africaines ait été inférieure à celle du produit sud-américain, cette année, la situation s'est inversée. Le Pérou envoie des myrtilles qui ne répondent pas toujours aux paramètres de qualité en termes de fermeté, tandis que l'Afrique du Sud est en mesure de fournir baies toujours ferme. "El Niño a eu un impact significatif à la fois sur les volumes récoltés et sur la qualité, et il est à craindre que ce phénomène continue d'affecter la production au cours des deux prochaines saisons."

« Cette année a été révélatrice, surtout pour détaillants, qui se sont rendu compte que le produit n'était pas standard au moment où ils passent leur commande. Et les caprices de la nature déterminent à la fois le prix et les volumes disponibles. Cette année, il n'a pas été si facile de garantir un approvisionnement constant et de qualité et cela doit aider les acheteurs à apprécier à nouveau le travail acharné des producteurs et des fournisseurs qui essaient de toujours offrir un produit qui satisfait aux exigences du marché », explique Robbert. « Et même si les producteurs reçoivent désormais des prix plus élevés, nous ne pouvons pas oublier que la récolte est 50 % moins volumineuse que les années précédentes. En fait, je ne sais pas si les prix élevés compensent la perte de kilos."

« Dans les semaines à venir, nous verrons de bons arrivages de myrtilles jusqu'à la semaine 48/49, mais ils ne suffiront toujours pas à approvisionner l'ensemble du marché comme nous en avons l'habitude ces dernières années. Les prix resteront élevés car on s'attend à ce qu'il y ait à nouveau une pénurie de produits au mois de décembre », explique l'importateur néerlandais. « En fin de compte, la situation du marché reste difficile et maintient tout le monde en alerte et en lutte pour obtenir les meilleurs résultats, tant pour leurs clients que pour les producteurs. Ensemble, nous devrons traverser cette période et cela ne peut être réalisé que grâce à une bonne communication et à des prix équitables pour les producteurs.

source
Fresh Plaza

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les exportations de cerises chiliennes ont presque triplé en janvier 2024 : les Chinois...
La saison des myrtilles au Maroc avance à deux vitesses
Onubafruit, le premier producteur de baies en Espagne bien qu'il réduise de 11%...