Freshfel Europe défend la compétitivité du secteur des produits frais à l'agenda européen

Le 30 septembre, une délégation de Freshfel Europe, conduite par son président Salvo Laudani et son délégué général Philippe Binard, a rencontré à Prague Jiří Šír, vice-ministre de l'Agriculture du Conseil de l'UE et représentant de la République tchèque qui occupe actuellement la Présidence dudit Conseil.

A cet égard, Philippe Binard, Délégué Général de Freshfel Europe, a déclaré : « Nous sommes heureux d'avoir pu soulever de nombreuses questions importantes pour la filière lors de la réunion. La compétitivité de la filière est aujourd'hui en jeu du fait d'une conjonction de facteurs ".

Il a ajouté : « Nous avons eu une discussion constructive et axée sur les solutions sur de nombreux aspects du secteur des produits frais qui affectent sa compétitivité et couvrant des questions d'une grande importance pour le secteur. Parmi eux, l'impact de la hausse des coûts (énergie, intrants de production), les conséquences de la pénurie de main-d'œuvre (intérimaires, camionneurs), l'effet du changement climatique sur la production, les éléments perturbateurs liés à la révision de la réglementation d'utilisation durable et d'accessibilité menacée des produits phytopharmaceutiques dans le cadre de l'objectif de réduction de la Stratégie « De la fourche à la fourchette. Nous soulignons également la nécessité d'un bon équilibre entre GIP et production biologique en fonction des attentes du marché », a souligné Binard.

En outre, en ces temps de troubles et d'instabilité géopolitiques, les experts de Freshfel Europe ont également eu l'occasion d'aborder des questions liées à l'accès au marché et aux défis logistiques mondiaux.

Le débat est intervenu à un moment opportun, alors que de nombreuses questions relatives aux produits frais sont sur la table du Conseil de l'UE, du Parlement européen et de la Commission européenne.

Le Conseil européen Freshfel, qui s'est réuni à la mi-septembre, s'est accordé sur l'urgence de faire entendre la voix et la réputation du secteur et de continuer à améliorer l'image des fruits et légumes.

« Freshfel doit mener les actions qui peuvent renforcer la réputation du secteur et renforcer la position des produits frais dans les priorités alimentaires des citoyens européens. Les tendances de consommation restent bien en deçà de la recommandation minimale de l'OMS de 400 grammes. Nous nous attendons à de nouvelles pressions, comme on l'a déjà vu dans le comportement récent des consommateurs, profondément affecté par l'inflation et la montée en flèche des factures énergétiques. Cette nouvelle baisse de consommation se produit malgré le fait que les produits frais ont beaucoup à apporter en termes de bénéfices pour la santé des consommateurs, tout en étant la catégorie d'aliments ayant le moins d'impact environnemental pour la planète », a souligné Salvo Laudani. dehors.

Lors de la rencontre avec la présidence tchèque de l'UE, Freshfel Europe a également rappelé que le secteur des produits frais fait partie de la solution à de nombreuses ambitions de l'UE dans le cadre du Green Deal européen, la stratégie Farm-to-Farm. Plan de l'UE contre le cancer et le paquet FIT 55.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La SNA met en garde contre des pertes de 500 millions de dollars par semaine en raison de la grève des camionneurs...

Cerises : le Chili se renouvelle pour conserver son leadership

La Libertad est le leader des exportations d'avocats, de myrtilles et d'asperges...