Herbert Widmann Ltd s'attend à 20 % de myrtilles supplémentaires de Lüneburger Heide, de Bavière et de Roumanie

Pour la nouvelle saison des myrtilles, Herbert Widmann Ltd commence avec des produits de trois régions productrices : Lande de Lunebourg, Bavière et Roumanie. Hans Widmann, associé directeur de l'entreprise, nous informe que les myrtilles des trois régions sont jusqu'à présent de bonne qualité.

"Nous nous attendons à ce que les prix évoluent à peu près au même niveau que l'année dernière, mais avec des coûts plus élevés. Cependant, nous espérons pouvoir compenser cela avec des volumes de récolte plus élevés », a déclaré Widmann. La demande, a-t-il dit, évolue à nouveau dans la bonne direction. « Nous commençons assez tôt avec les publicités, ce qui est essentiel pour le marketing. Dans le passé, il y avait un trou dans les deux dernières semaines de juin. Mais cette année, les promotions démarrent bien.

Les myrtilles bavaroises sont cultivées sur 50 hectares près d'Aichach et sont commercialisées en Bavière, tandis que les produits roumains sont vendus en Roumanie et certains en Allemagne et en Autriche. Le "fat blues" de Lüneburger Heide est quant à lui diffusé dans toute l'Allemagne.

20 pour cent de myrtilles en plus provenant des trois régions

Pour les myrtilles roumaines, il existe de bonnes zones avec suffisamment de cueilleurs disponibles, ainsi que des conditions météorologiques bonnes à très bonnes, explique Widmann. « En Roumanie, nous récoltons déjà depuis deux semaines, donc le produit roumain est le premier à arriver sur le marché après la saison espagnole, avant de passer à la saison allemande », explique Widmann.

"Nos producteurs affiliés de la région de Lüneburger Heide, qui sont gérés par Nordgemüse Krogmann & Co.,
ils commenceront également à récolter à l'extérieur cette semaine. Comme il n'y a pas eu de gelées, ni en Allemagne ni en Roumanie, nous prévoyons des rendements complets cette année. Nous attendons environ 20 % de myrtilles supplémentaires de Lüneburger Heide, de Bavière et de Roumanie. »

À propos de la commercialisation des myrtilles
« La commercialisation des myrtilles bavaroises en Bavière est beaucoup plus facile car nous pouvons les commercialiser au niveau régional. Malheureusement, ce n'est pas possible sur la lande de Lüneburg de cette manière. Nos producteurs aimeraient voir « l'origine allemande » mise en valeur et mieux appréciée », déclare Widmann. Dans le commerce, le produit local se retrouve dans les petits formats, tandis que les grands formats sont utilisés pour le produit étranger, comme le roumain ou encore les myrtilles de Pologne, qui démarreront dans deux semaines. "Les coûts des produits allemands sont sensiblement plus élevés, mais malheureusement, cela n'est pas compensé en termes de prix."

Cependant, le spécialiste des fruits rouges se demande pourquoi les myrtilles péruviennes sont déjà sur les étagères. « Lorsque c'est la haute saison en Europe et que de grandes quantités sont déjà commercialisées depuis des pays comme l'Allemagne, la Roumanie et la Pologne, nous n'avons plus besoin de myrtilles du Pérou, emballées dans des barquettes de 125 grammes. D'autant que le produit local est majoritairement commercialisé en barquettes de 500 grammes, ce qui, selon Widmann, est plus durable et plus rentable.

Variété dominante : Duke
Herbert Widmann achète également des produits supplémentaires en provenance de Serbie ; la saison serbe dure environ trois semaines et la première variété Duke arrive sur les marchés à peu près au même moment que les produits roumains. Selon Widmann, la variété Duke domine également en Allemagne et en Roumanie. « C'est une variété précoce qui a beaucoup de rendement et qui est de bonne qualité. Cependant, les variétés tardives comme Drapers et Last Call deviennent également plus populaires », conclut Widmann.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La crise agroalimentaire s'aggrave après sept mois de guerre en...

Family Farms importera 405.000 XNUMX plants de bleuets du Chili par voie terrestre

Chiffres de la myrtille sur le marché américain