Juan Hirzel : « La filière myrtille continue de croître, face à un marché en mutation »

« L'industrie mondiale du bleuet doit structurer la demande de produits en termes de volumes, de marchés, d'exigences en matière de produits, de niches de marché pour des produits spéciaux, tels que la production biologique, et de définition des caractéristiques des produits pour chaque marché »

Le chercheur de l'Institut chilien de recherche agricole (INIA), Juan Hirzel Campos, qui jouit d'un grand prestige international grâce à ses nombreux travaux d'investigation, se caractérise par un regard très clair sur la culture et l'industrie dans le contexte mondial. Nous avons discuté avec le spécialiste de certains sujets d'intérêt que nous partageons dans cette note.

La première chose était de connaître sa vision de l'industrie mondiale du bleuet et les principaux défis et projections qu'il distingue dans le présent et dans l'avenir, auxquels il a répondu :

  • L'industrie mondiale du bleuet doit structurer la demande de produits en termes de volumes, de marchés, de types de produits et d'exigences d'attributs de qualité des produits pour chaque marché. Une fois ces questions résolues, on peut aborder un « marché mieux connu », et des projections peuvent être faites avec plus d'objectivité. À l'heure actuelle, l'industrie du bleuet continue de croître sur la base de statistiques, de projections et d'attentes, ce qui peut provoquer un effondrement du marché à certaines périodes.

    Il est également intéressant de connaître votre opinion sur certaines réalités locales, comme le Pérou et le Chili...

    La croissance principale se produit au Pérou, avec beaucoup d'élan et d'aides d'État pour soutenir la croissance de l'agriculture en général, mais avec certains domaines de la gestion agronomique des myrtilles qui nécessitent un développement et une spécialisation plus poussés. Pour le Chili, la croissance est très faible en superficie, l'accent étant mis sur le renouvellement des variétés.

Êtes-vous en faveur de passer principalement aux systèmes hydroponiques dans la culture du bleuet ?

  • Les systèmes de production hydroponique ont un coût élevé et doivent donc être orientés vers des niches de marché plus chères, par conséquent, il n'est pas possible de pousser librement dans ce système de production, sauf lorsqu'il y a une projection de marché. D'autre part, il y a encore un manque de connaissances concernant la gestion agronomique pour la production dans les systèmes hydroponiques, où les principales limites sont la gestion inadéquate de l'irrigation et de la fertilisation, et dans certains cas de la conduite et de la gestion du couvert végétal.

En avançant dans le scénario de nouvelles normes de qualité et de santé, liées à la nouvelle génétique et aux exigences élevées des consommateurs, nous vous demandons :  

Avez-vous besoin de passer au bio ?

  • La production biologique permet d'obtenir une différenciation de la qualité des produits, ce qui facilite la préférence de consommation sur le marché. Cependant, aucune règle ne garantit que le prix du produit sera toujours supérieur à celui du fruit conventionnel, puisque les écarts fluctuent de semaine en semaine en fonction de l'offre de produit. Il faut également considérer que la production biologique dispose de moins d'outils de gestion agronomique qui permettent d'atteindre des potentiels de rendement dans toutes les zones productives, et qu'à son tour, le coût des intrants pour l'utilisation biologique est également plus élevé.

Comme on peut le voir, Juan Hirzel a de solides convictions sur ce qu'il faut faire pour faire face aux défis de l'industrie et n'hésite pas à donner son avis sur les différents aspects liés à la culture, c'est pourquoi il est un conférencier récurrent dans les principales réunions internationales. de l'industrie agrofruticole et rapporteur permanent des Séminaires internationaux sur la myrtille.

Son travail d'investigation se traduit par plusieurs dizaines de publications et collaborations, et il participe actuellement à 2 projets de gestion du bleuet dans divers domaines de production, dont les résultats seront publiés la saison prochaine, pour lesquels un entretien plus approfondi avec le spécialiste international nous le publier dans l'édition de Magazine Bleu 2022.

source
Martín Carrillo O. - Blueberries Consulting

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Cerises chiliennes : Une saison discutable
Les myrtilles du Yunnan en sont actuellement à leur dernière saison...
Agrivoltaïque pour les petits fruits