Sil Moonen :

"La course aux myrtilles a recommencé"

La saison néerlandaise des myrtilles est de retour pour le producteur de fruits rouges Sil Moonen. Bien que la culture aux Pays-Bas ait considérablement augmenté au cours de la dernière décennie, un changement de tendance est actuellement en cours, selon le producteur limbourgeois. "C'est la terre qui est plantée", dit-il.

Sil lui-même a abandonné ses pépinières en Allemagne et dans le nord des Pays-Bas l'année dernière, réduisant de moitié sa superficie totale. « On peut continuer à produire pour un marché qui ne couvre pas son prix de revient, ou essayer d'en tirer le maximum. J'ai opté pour ce dernier."

« Il est encore absurde que dans le secteur des fruits et légumes, ce soit l'acheteur qui détermine le prix de revient. Avant, j'exportais la grande majorité de mes fruits vers le Royaume-Uni. Maintenant, mon acheteur m'a dit que les supermarchés organisent des ventes aux enchères qui sont actives du 1er mars au 1er septembre. Alors ils fixent un prix au kilo et cherchent des horticulteurs qui l'accepteront. Je ne pouvais pas travailler comme ça, alors je les ai juste remerciés."

« L'année dernière, j'ai moi-même augmenté mes ventes sur le marché néerlandais en travaillant avec un emballeur, et j'espère continuer à le faire cette année. Nous espérons que les supermarchés néerlandais coopéreront bien cette année pour promouvoir les baies nationales, car bien que le produit néerlandais soit très vanté chaque année, dès que des baies moins chères sont disponibles ailleurs, elles partent tout aussi facilement.

« Au cours des derniers mois, les prix des fruits rouges sont restés à un bon niveau. L'Espagne a eu un approvisionnement serré, en grande partie parce que les producteurs ont dû faire face à plus de difficultés pour obtenir de l'eau. Par conséquent, les prix ont cessé de tomber à des niveaux dramatiques. De son côté, la Pologne semble également avoir enregistré des dégâts considérables dus aux gelées nocturnes. En Allemagne, de nombreux producteurs sont en difficulté en raison de l'augmentation du salaire minimum, qui oblige également certains producteurs à partir. »

« Nous récoltons actuellement la variété Duke, dont les conditions semblent bonnes, bien qu'aux Pays-Bas, la récolte semble être beaucoup plus petite. L'année dernière, nous avons eu une bonne année de production, mais cette année, j'estime que la récolte sera inférieure d'au moins 25 %. A la fin de la saison, nous pourrons proposer des données concrètes".

« La course a recommencé. Il reste environ 100 producteurs aux Pays-Bas et tous n'atteindront pas la ligne d'arrivée. En revanche, je pense que les producteurs qui franchiront la ligne d'arrivée auront un bel avenir. Après tout, il n'y en a plus beaucoup dans la compétition », conclut Sil.

source
Fresh Plaza

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les exportations de cerises chiliennes ont presque triplé en janvier 2024 : les Chinois...
La saison des myrtilles au Maroc avance à deux vitesses
Onubafruit, le premier producteur de baies en Espagne bien qu'il réduise de 11%...