La crise des myrtilles due à l'arrêt de l'aéroport de Tucumán met la pression sur Manzur

Les myrtilles étaient la nouvelle star des exportations de Tucumán. La paralysie du terminal provincial pour la deuxième année a détruit une entreprise qui laissait au pays 100 millions de dollars par an.

Pour la deuxième année consécutive, l'aéroport de Tucumán n'exportera pas de myrtilles. L'événement a un fort impact productif et économique sur une économie régionale dont les expéditions à l'étranger représentaient, avant la pandémie, plus de 100 millions de dollars par an.

Fin 2016, les travaux d'agrandissement du terminal de l'aéroport de San Miguel de Tucumán ont été inaugurés. Les investissements ont été consacrés à l'agrandissement des pistes de décollage et d'atterrissage, à l'intégration de balises à la pointe de la technologie et à l'amélioration de la zone de fret.

De cette façon, l'aéroport de Tucumán est devenu le deuxième terminal d'exportation le plus important du pays (seulement derrière Ezeiza). Les travaux ont été planifiés dans le but de promouvoir non seulement la production de myrtilles, mais aussi la filière citron.

Ceux qui comprennent le sujet expliquent que l'arrêt, pour la deuxième année consécutive, de l'aéroport de Tucumán est dû aux limitations de l'aviation commerciale en raison des restrictions imposées par la pandémie et de la hausse des coûts du fret aérien commercial.

Le problème est que cette situation a conduit de nombreux producteurs de myrtilles, concentrés principalement dans la NEA et la NOA, à rechercher d'autres alternatives pour pouvoir exporter, comme déplacer la marchandise vers Ezeiza ou l'amener dans les ports chiliens pour envoyer la production sur des navires.

Les deux alternatives ont compromis la rentabilité de l'activité d'exportation de bleuets. La production locale est d'environ 17.000 2.000 tonnes sur un total de 11.000 XNUMX hectares plantés et un volume d'exportations qui atteindra cette année près de XNUMX XNUMX tonnes.

La paralysie de l'aéroport de Tucumán a conduit de nombreux producteurs du nord du pays à tenter d'exporter via Ezeiza ou les ports chiliens. En raison de l'augmentation des taux de fret, les deux alternatives ont compromis la rentabilité de l'entreprise.

Le boom de la myrtille a eu lieu en 2016 et 2017 lorsque la filière a réussi à produire près de 21.000 17.000 tonnes et à exporter 65 15 tonnes avec les États-Unis (15 %), le Royaume-Uni (4 %), l'Europe continentale (1 %), le Canada (1 %), Singapour (XNUMX%) et le Brésil (XNUMX%), comme principaux acheteurs.

Dans cette campagne, le niveau d'investissement dans le secteur de la production de bleuets s'élevait à 137 millions de dollars, employant environ 700.000 XNUMX salaires, ce qui représentait un important soutien professionnel chez les jeunes des principales régions productives de la NOA et de la NEA.

Les producteurs de Tucumán espèrent que maintenant qu'il est chef du Cabinet de la Nation, Manzur résoudra le problème. Le gouverneur - en utilisant une licence - possède le géant de l'olive Nucete, qu'il a acquis en 2014 par le biais d'un groupe d'entreprises qu'il possède.

L'instabilité macroéconomique, le fractionnement des devises, le non-remboursement de la TVA et les taxes élevées découragent également les producteurs de myrtilles.

Le lieutenant-gouverneur de Tucumán, Osvaldo Jaldo.

Des sources proches du chef de cabinet et des autorités provinciales ont déclaré ne pas savoir quand les exportations de l'aéroport de Tucumán seraient réactivées. En réponse aux demandes de renseignements de la LPO, ils ont reconnu que, du moins pour le moment, il ne devrait pas être à nouveau opérationnel.

La crise d'un produit devenu la nouvelle star productive de Tucumán, a également commencé à faire pression sur le lieutenant-gouverneur Osvaldo Jaldo, en charge de la province.

Le secteur est également touché par d'autres types de problèmes. "L'instabilité macroéconomique, la division du taux de change, le non-remboursement de la TVA et les taxes élevées découragent les producteurs", a déclaré à LPO Alejandro Pannunzio, directeur de l'Association mésopotamienne des myrtilles.

L'instabilité macroéconomique, le fractionnement des devises, le non-remboursement de la TVA et les taxes élevées découragent également les producteurs de myrtilles.

Ces dernières années, l'Argentine a perdu en compétitivité par rapport à d'autres pays comme le Pérou, qui est parvenu à passer d'une production de 10.000 40.000 à XNUMX XNUMX tonnes dans le cadre d'accords de libre-échange lui permettant d'accéder à des tarifs préférentiels avec les États-Unis, l'Union européenne et Chine.

Dans ce contexte, la vérité est que 2021 représente également une mauvaise année pour la production de citrons - la principale culture de Tucumán - avec une récolte d'environ 1,3 million de tonnes. C'est un chiffre bien inférieur au record de 2018 où 1,8 million de tonnes avaient été atteintes.

Les restrictions imposées par le Covid ont provoqué une forte baisse de la demande de citrons pour des articles tels que les restaurants et les hôtels. La filière citron a un fort potentiel : en 2019 un total de 126.863 500 tonnes ont été exportées, générant environ XNUMX millions de dollars.

La province de Tucumán est le plus grand producteur de citrons du pays avec 1,2 million de tonnes par an. Elle est suivie, de très loin, par Salta (240.000 60.000 tonnes), Corrientes (47.000 16.000), Jujuy (7400 2000), Entre Ríos (1200 1100), Misiones (XNUMX), Catamarca (XNUMX), Buenos Aires (XNUMX) et Formosa (XNUMX ).

La consommation de citron en Argentine est d'environ 3 kilos par habitant et par an. La production locale a atteint en moyenne 10 million de tonnes au cours des 1,5 dernières années. On estime que la chaîne de citron emploie 44.000 XNUMX personnes dans tout le pays, selon les données de FederCitrus.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Pérou : Les myrtilles ont été l'exportation agricole qui a généré le plus de valeur...

Onubafruit révolutionne le marché européen de la myrtille

Chili : Les producteurs de myrtilles s'adaptent au manque d'eau et de main...