La saison des myrtilles au Maroc avance à deux vitesses

D'une part, la production en Agadir, au centre du pays, est conforme aux prévisions, avec des récoltes stables depuis décembre 2023. En revanche, la région de gharb, dans le nord-ouest du pays, le début de la campagne est retardé. La saison, avec des volumes bien plus modestes que la saison dernière. C'est ce qu'il dit Mehdi Bencherkoun, directeur exécutif de DMB & Cie.

Dans la région du Gharb, qui représente une grande partie de la production marocaine de myrtilles, les premières récoltes n'ont eu lieu qu'en février, avec un mois de retard. Les rendements ont également chuté de près 70% par rapport à la même période l'année dernière. Les plus touchés sont les petits producteurs, dont certains n’ont pratiquement aucun volume.

« C'est une situation étrange, très différente de ce que nous observons dans la région de Souss Massa, qui connaît une saison normale. La raison de cette disparité n’est autre que les conditions météorologiques qui nous ont surpris cette année. »

L'exportateur anticipe un retour à la normale début mars. « Plusieurs producteurs ont choisi de planter des bleuets et des mûres cette saison, au détriment des fraises. Même si les rendements sont généralement faibles, l’augmentation des superficies permettra d’obtenir de grosses récoltes. Nous espérons retrouver un rythme similaire à celui de l’an dernier d’ici début mars, avec un pic de récolte fin mars et début avril. Il est fort probable que ce calendrier soit respecté compte tenu du développement fruitier que nous observons actuellement. « Nous pourrons exporter des camions complets chaque semaine et sauver la saison. »

Ce départ tardif entraînera-t-il une prolongation de la saison ?

"Ce n'est toujours pas clair", dit-il. Bencherkoun. « Cela dépendra des paramètres commerciaux et techniques. Nous verrons comment évolue la concurrence et si Espagne y Portugal Ils continueront à être présents sur le marché, sachant que les productions d'Europe occidentale, comme la Serbie, devraient bientôt arriver sur le marché. De plus, personne ne peut prédire l’évolution des conditions météorologiques au Maroc et ailleurs.

Il a été prédit que Pérou y Chili Ils auraient de faibles volumes en raison de la sécheresse, mais finalement de gros volumes ont été placés. L'Espagne a également commencé la saison plus tôt que « Il est devenu de plus en plus difficile de prévoir le calendrier et la durée des saisons dans un contexte météorologique imprévisible. »

Les perspectives de demande au cours des deux prochains mois sont également une question de conjectures, selon Benchekroun. Il explique : « Généralement, nos principaux marchés pour les myrtilles sont les Pays-Bas, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Russie et, dans une moindre mesure, l'Italie, la Belgique, l'Asie comme Singapour et l'Indonésie, la Malaisie, Hong Kong et les pays du Golfe. Mais il y aura sans aucun doute des changements majeurs sur le marché. »

« Avec l’entrée massive de L'Egypte en production et les premières expériences de plantation dans les pays du Golfe, la carte mondiale des origines et des destinations du bleuet va être bouleversée.

Concernant les prix des myrtilles marocaines cette saison, Benchekroun Il précise que « ni les acheteurs ni les producteurs n’ont une idée précise des prix saisonniers. Les ventes spot, qui représentent la majorité de nos exportations en DMB & Cie, sont cotés chaque semaine.

Consultation sur les bleuets ce sera présent 11 septembre à Tanger, Maroc, Avec l' Séminaire international sur les bleuets le plus important du pays. Participe à Séminaire international sur la myrtille Maroc 2024, et faites partie du World Tour ! Pour vérifier les stands disponibles cliquez ICI

Pour acheter votre billet pour les événements 100% présentiels, cliquez sur ICI

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les baies et fruits du Maroc et d'Egypte suscitent un grand intérêt chez Ka...
"La Roumanie devient une origine stratégique, puisqu'elle couvrira un...
« Nous soutenons la réduction de la journée de travail et nous espérons que le temps plein soit appliqué...