La vente de fruits et légumes dans des contenants en plastique sera interdite en Espagne en 2023

Le Gouvernement finalise un arrêté royal qui vise à réduire la pollution de ces déchets et à encourager les achats en vrac

La vente de fruits et légumes dans des récipients en plastique sera interdite dans les commerces de détail (aussi bien les magasins de proximité que les supermarchés) en Espagne à partir de 2023. C'est l'une des mesures envisagées dans l'arrêté royal sur les emballages et les déchets que le gouvernement est en train de finaliser et que le Le ministère de la Transition écologique est sur le point de publier une information publique, selon des sources de ce département. La règle contient également des mesures visant à encourager la vente d'eau en vrac et non embouteillée.

L'interdiction d'emballage dans le cas des fruits et légumes s'appliquera aux lots pesant moins d'un kilo et demi. Il s'agit d'une interdiction similaire à celle contenue dans la loi française anti-gaspillage, qui entrera en vigueur dans ce pays en 2022. L'exécutif espagnol cherche à "combattre de la manière la plus efficace la surutilisation des emballages", détaille une porte-parole du ministère. Les mêmes sources préviennent que la pollution plastique "a déjà dépassé toutes les limites" pour justifier ce veto. À l'intérieur et à l'extérieur de l'Espagne, plusieurs ONG environnementales, telles que Greenpeace, lancent depuis des années des campagnes sous le slogan « bare the fruit » pour faire pression sur les petites entreprises et les grands supermarchés pour qu'ils cessent de plastifier ces produits frais.

Le département de la vice-présidente Teresa Ribera est en train de terminer le texte du projet, mais a déjà organisé des réunions avec les associations professionnelles et les organisations environnementales les plus importantes pour leur transmettre certaines des principales lignes d'action de l'arrêté royal, qui devraient également servir à transposer plusieurs normes européennes et ainsi les intégrer dans le système juridique espagnol. Selon les informations qui ont été transmises, les aliments "à risque de détérioration lorsqu'ils sont vendus en vrac" seront hors interdiction des contenants en plastique. La liste des produits sera établie par l'Agence espagnole pour la sécurité alimentaire et la nutrition.

Julio Barea, de Greenpeace, est d'accord avec l'interdiction des fruits plastifiés, même s'il prévient qu'il est important d'analyser « comment cela sera appliqué » au final. Concernant le reste de l'arrêté royal, ce militant estime que l'Exécutif n'avance pas assez vite pour "couper radicalement les flux de pollution plastique". "On boit du plastique, on mange du plastique et on respire du plastique", met en garde Barea sur les effets d'une contamination qu'il qualifie de "pandémie".

Le décret prévoit également l'obligation pour les administrations de « favoriser l'installation de sources d'eau potable dans les espaces publics ». Et l'obligation de "mettre en place des alternatives à la vente de boissons conditionnées" et la "distribution de gobelets à usage unique" dans des événements publics également à partir de 2023, selon les informations fournies aux groupes écologistes.

Pour les détaillants, le Gouvernement prévoit des mesures pour favoriser la vente en vrac de produits frais sans emballage. Ces établissements doivent par exemple permettre aux clients d'apporter leurs propres contenants réutilisables à recharger, bien que des conditions de propreté et de convenance soient établies par les entreprises.

Emballage réutilisable

Parmi les objectifs généraux de l'arrêté royal, l'objectif est d'atteindre une réduction de 50 % des ventes de bouteilles en plastique pour boissons d'ici 2030, toujours selon les informations fournies par le Gouvernement aux principaux acteurs du secteur. Et il est marqué que d'ici la fin de cette décennie, il sera atteint que 100% des conteneurs mis sur le marché soient recyclables.

Dans la documentation envoyée par le ministère aux ONG, des objectifs sont également précisés pour la promotion des contenants réutilisables - par exemple, les bouteilles en plastique ou en verre plus dures qui peuvent être utilisées à plusieurs reprises. Dans le cas des hôtels, restaurants et cafétérias, il est proposé que 50 % des emballages vendus en 2025 soient réutilisables ; en 2030, il devrait atteindre 60 %. Dans le cas des bières, 80 % sont fixés en 2025 et 90 % en 2030. Et pour les boissons non alcoolisées, les objectifs sont respectivement de 70 % et 80 %. Dans le cas des ventes à domicile, les objectifs sont beaucoup moins ambitieux : 10 % des emballages de boissons en général en 2025 et 20 % en 2030.

L'une des grandes batailles à la fois de cet arrêté royal et de la loi sur les déchets qui est en cours d'examen au Congrès des députés est la mise en place d'un système de consigne, de retour et de retour des conteneurs, comme cela existe dans certains pays de l'Union européenne. Cependant, en Espagne, il s'agit d'un litige entre certaines organisations environnementales, partisanes de ce modèle, et Ecoembes - la société en charge de gérer la plupart des emballages domestiques -, qui hésite à se lancer.

Carlos Arribas, responsable de la zone des déchets à Ecologistas en Acción, explique que le ministère continue de laisser ouverte la possibilité d'exiger la mise en œuvre de ce système (ce qui implique que le consommateur doit laisser quelques centimes en consigne pour chaque conteneur, qui sont retournés à eux au retour de la bouteille). Le texte du projet de loi que l'Exécutif a envoyé au Congrès des députés en mai était assez ambigu et suggère simplement qu'il peut être mis en œuvre.

Le PSOE et United We can ont convenu la semaine dernière d'un amendement conjoint au Parlement qui sert de guide pour savoir ce que le gouvernement de coalition a l'intention de faire. Ce système de consigne ne sera mis en œuvre qu'en cas de non-respect des objectifs de collecte séparée des bouteilles plastiques. En 2023, au moins 70 % du poids des conteneurs mis sur le marché devront avoir été collectés pour être recyclés ; en 2027, il devra avoir atteint 85 %. Si ces objectifs ne sont pas atteints, le système de consignation et de retour sera mis en place, selon l'amendement des socialistes et de United We Can. Le problème est que les écologistes prétendent que le système actuel avec lequel le pourcentage d'emballages récupérés est compté n'est pas fiable. « La Commission européenne devrait unifier la manière dont cette affaire est prise en compte », explique Arribas.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les raisins surpassent la myrtille et c'est le fruit le plus exporté au Pérou pendant ...

Espagne : Huelva est la province avec la plus forte croissance des exportations de...

Le Pérou était le principal fournisseur de myrtilles des États-Unis pendant...