José Luis Bustamante :

« Les myrtilles au Mexique traversent un moment de transition »

"L'industrie des petits fruits au Mexique continue de croître, peut-être moins explosive, mais nettement plus ordonnée et axée sur de nouvelles génétiques qui garantissent de meilleurs prix aux producteurs."

L'ancien président de l'Association nationale des exportateurs de baies du Mexique (Aneberries), José Luis Bustamante, est un célèbre homme d'affaires agro-fruitier qui, en tant que leader de l'organisation mexicaine regroupant les exportateurs de baies, a dû faire face au conflit avec les producteurs américains dans le passé »Cas de sauvegarde», surmontant avec succès et sortant renforcé du défi économique et commercial auquel il a dû faire face avec les instances de contrôle américaines.

Aujourd'hui retraité de la direction d'Aneberries, il est directeur exécutif responsable de Naturberry SA de CV (filiale de Naturipe Berry Growers) dédiée à la commercialisation de fraises fraîches, à la fois pour l'exportation vers les États-Unis et le Canada et pour servir le marché mexicain. L'entreprise compte 132 agriculteurs associés, depuis des producteurs de 1 hectare jusqu'à certains de plus de 45 hectares, ce qui correspond à 10 % du marché d'exportation du centre du Mexique.

Dans la saison en cours, ils sont un peu en retard pour des raisons climatiques, mais ils maintiennent une bonne santé des plantes, ce qui leur permet d'être optimistes quant à la production et à la qualité des produits, ce qui leur permettra de fournir leurs clients à temps. et la forme. Dans le domaine de l’innovation, ils participent à des productions sous serre de haute technologie, d’une superficie actuelle de 6 hectares, « très productives et 100 % durables ».

Le marché

José Luis Bustamante commente qu'actuellement les marchés, en particulier le marché nord-américain, demandent des baies 52 semaines par an, avec la meilleure saveur, consistance, sécurité et, depuis peu, durabilité. La participation du Mexique au marché mondial est donc essentielle pour atteindre cet objectif. "Dans notre cas, le Mexique exporte des fraises vers les États-Unis de fin octobre à mars, mois au cours desquels l'offre de fruits diminue considérablement", explique-t-il.

Sa vision de l'industrie mexicaine des petits fruits

« L'industrie des petits fruits au Mexique continue de croître, peut-être moins explosive, mais nettement plus ordonnée et axée sur de nouvelles génétiques qui garantissent de meilleurs prix aux producteurs. À mon avis, il existe encore de grandes opportunités de croissance en Framboise et Mûre pour des variétés productives qui satisfont le consommateur », déclare-t-il.

« Les fraises au Mexique connaissent une forte croissance dans les zones de plus haute altitude du centre du Mexique, principalement dans le Michoacán (Lagunillas, Morelia etc.) et Jalisco (Arandas, Tepatitlán etc.), ce qui nous permet d'avoir des fruits de bonne qualité dans les « épaules » du saison, c’est-à-dire mars – avril et octobre, ce qui élargit la fenêtre d’exportation », ajoute-t-il.

Les myrtilles

Il commente que les bleuets au Mexique traversent un moment de transition dans deux sens, le premier génétique, avec le remplacement de la variété Biloxy par de nouvelles variétés de meilleure taille, saveur et consistance. Deuxièmement, la culture s'étend à d'autres zones de production, comme Sinaloa ou Baja California, dit-il.

L'avenir des aneberries

"L'avenir d'Aneberries est prometteur, notre nouveau président, l'ingénieur Miguel Ángel Curiel, est un grand leader et un bâtisseur d'équipe, et nous sommes dans une phase de croissance, incorporant non seulement de nouveaux membres, mais aussi d'autres acteurs de l'industrie des baies, tels que Génétique, pépinières, transformateurs, etc. ceux qui enrichiront notre association », conclut-il.

source
Consultation sur les bleuets

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Onubafruit, le premier producteur de baies en Espagne bien qu'il réduise de 11%...
Grande participation de l'industrie au Fall Creek Field & Forum à G...
Les agroexportateurs réclament la stabilité politique et sociale, la sécurité et les infrastructures...