Les myrtilles et leurs pollinisateurs ne sont pas originaires d'Afrique du Sud, mais les abeilles locales peuvent aider

La prochaine fois que vous verrez une abeille planer autour d'un arbre fruitier, vous assisterez probablement à la pollinisation en action. La pollinisation est ce qui permet à une plante de produire des graines et des fruits, et comme la recherche l'a montré, la pollinisation par les insectes peut grandement améliorer la qualité et la quantité de fruits produits.

Il y a de plus en plus de preuves d'un déclin des populations de pollinisateurs dans le monde. Les conséquences pour l'agriculture pourraient être importantes. En 2008, certains scientifiques ont calculé la valeur économique que la pollinisation par les insectes apportait à la production agricole mondiale. Le chiffre qu'ils ont obtenu était de 153 milliards d'euros par an ; il est probablement beaucoup plus ancien maintenant.

Certaines cultures fruitières nécessitent des types très spécifiques de pollinisation par les insectes. Prenez des myrtilles. Leurs fleurs ont des anthères spécialisées (la partie de l'étamine contenant du pollen) qui libèrent de grandes quantités de pollen uniquement lorsqu'elles sont visitées par certains pollinisateurs, tels que les abeilles du bleuet, les bourdons et les abeilles minières. Dans un processus appelé pollinisation par bourdonnement, les bourdons font vibrer leur corps à une certaine fréquence lorsqu'ils visitent des fleurs de bleuets. Cela déclenche des vibrations dans les anthères qui font exploser le pollen. La forme particulière des fleurs de bleuets et le nombre de fleurs sur un buisson de bleuets signifient qu'il n'y a aucun moyen de polliniser mécaniquement les plants de bleuets à l'échelle commerciale.

Ces dernières années, les myrtilles sont devenues de plus en plus populaires en raison de leurs bienfaits perçus pour la santé. Ils sont maintenant plantés partout dans le monde, y compris dans des zones où leurs pollinisateurs naturels ne se trouvent pas, comme l'Afrique du Sud, où les exportations de myrtilles vers le monde sont passées de 1792 2014 tonnes en 20 à 013 2021 tonnes en XNUMX.

En Afrique du Sud, il n'y a pas de pollinisateurs indigènes pour les fruits dans le pays, et les abeilles mellifères locales ne sont pas considérées comme un substitut efficace. Les agriculteurs envisagent d'importer de grosses abeilles, telles que des bourdons, qui ne sont pas originaires du pays. (Les grosses abeilles que les Sud-Africains peuvent voir dans leurs jardins et qui ressemblent à des bourdons sont en fait des abeilles charpentières.) Mais cela pourrait dévaster les environnements locaux : les bourdons sont de puissants concurrents et surpassent souvent les pollinisateurs indigènes pour les ressources, comme on l'a vu en Argentine.

Jusqu'à présent, peu de recherches se sont concentrées sur la manière dont les abeilles agissent réellement comme pollinisateurs des myrtilles en Afrique du Sud. Il était important de combler cette lacune dans les connaissances, car l'abeille domestique est le seul pollinisateur du pays qui se trouve dans des populations suffisamment importantes, est facile à gérer et peut être déplacé pour répondre aux besoins commerciaux.

Dans deux études connexes, nous avons testé la capacité de pollinisation des abeilles mellifères sur certaines des variétés de myrtilles les plus courantes plantées en Afrique du Sud. Les abeilles mellifères se sont révélées être des pollinisateurs fiables des myrtilles, augmentant le nombre de fruits, le diamètre et la masse des fruits et diminuant le temps de développement des fruits. Importer des abeilles plus grosses comme les bourdons n'est tout simplement pas nécessaire.

Mais nos résultats suggèrent également que les abeilles mellifères réussissent mieux sur certaines variétés de myrtilles. Cela montre qu'il est important de tester l'efficacité des abeilles mellifères sur de nouvelles variétés de bleuets introduites dans des pays où les abeilles mellifères sont les seuls pollinisateurs disponibles dans le commerce. Ces informations peuvent guider le choix des variétés et, en fin de compte, améliorer les rendements et la rentabilité des cultures.

Les abeilles en action

Beaucoup de gens dans l'industrie fruitière commerciale pensent que les abeilles mellifères sont de piètres pollinisateurs de myrtilles. Il y a plusieurs raisons à cela.

Premièrement, les abeilles mellifères sont sensiblement plus petites que les pollinisateurs naturels du bleuet et ne peuvent pas faire vibrer leur corps à la fréquence nécessaire pour une libération efficace du pollen.

De plus, les abeilles mellifères sont souvent réticentes à butiner par temps froid. Par conséquent, il peut y avoir peu de pollinisation pendant les vagues de froid périodiques. Ils ont des temps d'alimentation plus lents et déposent moins de pollen à chaque visite sur une plante que d'autres pollinisateurs tels que les bourdons.

Ces inquiétudes sont valables, mais nous montrons que les abeilles mellifères sont de bien meilleurs pollinisateurs de myrtilles que ne le pensent les agriculteurs. Nos recherches montrent qu'à mesure que de nouvelles variétés de myrtilles cultivées deviennent disponibles, la pollinisation par buzz peut ne pas être aussi importante qu'elle l'était avec les variétés précédentes.

Améliorations et doutes

Nous avons comparé des fruits produits par pollinisation manuelle avec des fruits produits par pollinisation par les abeilles.

La pollinisation par les abeilles mellifères a toujours produit de meilleurs résultats que l'absence de pollinisation. Nous avons constaté qu'en moyenne, lorsque les plants de bleuets n'étaient pas pollinisés, ils produisaient 47 % de fruits en moins et les fruits étaient 13 % plus petits qu'avec la pollinisation par les abeilles. Les myrtilles ont également mis 6 % plus de temps à mûrir sans pollinisation par les abeilles qu'avec celle-ci.

Il y a place à l'amélioration. Les abeilles étaient capables de polliniser complètement certaines variétés de plantes, mais elles n'étaient pas aussi efficaces pour polliniser d'autres variétés.

Certaines variétés n'atteignent pas leur plein potentiel de fructification parce qu'il n'y a pas assez de pollen de haute qualité qui est transféré entre les fleurs. Nos recherches suggèrent que cela n'est peut-être pas dû à l'inefficacité des abeilles. Au lieu de cela, tout se résume au mouvement du pollen entre les variétés. Nous suggérons également que la façon dont les myrtilles sont plantées fait une différence et nous explorerons cette hypothèse dans un prochain article.

Les prochaines étapes

Nous espérons que nos découvertes discréditeront l'idée que des pollinisateurs hautement invasifs doivent être importés en Afrique du Sud.

Nous ne sommes pas les seuls à tester l'efficacité des abeilles comme pollinisateurs. L'importation de bourdons est interdite en Inde en raison des risques qu'ils font peser sur les écosystèmes locaux. Les chercheurs testent les performances de pollinisation des abeilles mellifères dans différents environnements, y compris des serres.

Ce type de recherche peut aider les décideurs politiques et les agriculteurs à décider de la meilleure façon d'augmenter les rendements de myrtilles sans mettre en danger les pollinisateurs et la flore indigènes.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

En juillet, la FAO Mexique achève une étude de zonage agroécologique en J...
Le professeur Bruno Mezzetti sera à la Blueberry Arena au Macfrut 2024
"La France et la Belgique restent des territoires inexplorés pour...