Le Maroc et la Banque Africaine de Développement signent un accord de financement

Le Maroc et la Banque Africaine de Développement signent un accord de financement de plus de 114 millions d'euros pour soutenir une agriculture plus résiliente et inclusive.

Le Ministre de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Mohammed Sadiki, le Ministre Délégué du Ministre de l'Economie et des Finances, chargé du budget, Fouzi Lekjaa et le Directeur National de la Banque Africaine de Développement pour le Maroc, Achraf Hassan Tarsim, Il a présidé, mardi 23 novembre 2021 à Rabat, l'acte de signature d'un contrat de prêt de plus de 114 millions d'euros pour mettre en œuvre le Programme d'Appui au développement inclusif et durable des zones agricoles et rurales (PADIDZAR).

Premier financement axé sur les résultats dans le secteur agricole en Afrique du Nord, ce nouveau projet d'adaptation au climat permettra de renforcer la résilience de l'agriculture marocaine aux effets du changement climatique et d'améliorer les conditions de vie des populations en milieu rural.

« Parfaitement intégré et véritablement innovant, ce modèle de projet bénéficiera à sept régions prioritaires », a déclaré le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries maritimes, du Développement rural et des Eaux et forêts, Mohammed Sadiki. Avec une double priorité : renforcer la résilience de l'agriculture aux effets du changement climatique en plus de consolider le processus d'inclusion, en particulier pour les petits agriculteurs et les jeunes entrepreneurs. La Banque africaine de développement a été la première institution de développement à soutenir notre nouvelle stratégie agricole ». Il était accompagné de Fouzi Lekjaa, vice-ministre du ministre de l'Économie et des Finances,

« Avec ce nouveau programme, notre volonté est de contribuer au développement d'une agriculture plus moderne qui porte l'exigence croissante d'inclusion, de performance et de durabilité », a déclaré Achraf Hassan Tarsim, Country Manager de la Banque pour le Maroc. Il marque le parcours d'une coopération fructueuse qui a contribué à faire passer le secteur agricole d'une logique de production à une logique de valeur ajoutée ».

Ce nouveau programme permettra la mise en œuvre d'une approche de développement plus durable et inclusive. Il favorisera l'émergence d'une classe moyenne agricole, notamment en créant des emplois en milieu rural et en soutenant les jeunes femmes et les entrepreneurs agricoles.

Le PADIDZAR soutiendra une utilisation plus efficace des ressources en eau avec une meilleure utilisation de l'eau d'irrigation et introduira de nouvelles techniques de conservation des sols. Il permettra également de renforcer les capacités des acteurs, notamment celles des associations d'usagers de l'eau pour l'agriculture et des coopératives agricoles.

Par conséquent, le programme soutiendra le développement de systèmes de production encore plus efficaces, plus résilients et durables et s'efforcera d'améliorer des chaînes de valeur de plus en plus inclusives, efficaces et durables. Il appuiera également le renforcement des capacités institutionnelles pour faciliter la mise en œuvre des réformes et l'exécution des investissements.

Le programme s'aligne sur les cinq priorités stratégiques de la Banque, les « High 5 », notamment l'atteinte des objectifs « Nourrir l'Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des populations africaines ». Il soutient la nouvelle stratégie agricole du Royaume du Maroc, intitulée « Génération verte 2020-2030 », et le Programme national d'irrigation et d'approvisionnement en eau potable 2020-2027. Le PADIDZAR rejoint le soutien de la Banque Africaine de Développement, depuis 2008, à la précédente stratégie agricole marocaine, dénommée « Plan Maroc Vert ».

L'engagement de la Banque Africaine de Développement au Maroc, depuis un demi-siècle, s'élève à plus de 12 milliards de dollars américains. Les financements couvrent les secteurs de la santé, de l'agriculture, de l'énergie, de l'eau, des transports, du développement humain et financier.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les raisins surpassent la myrtille et c'est le fruit le plus exporté au Pérou pendant ...

Espagne : Huelva est la province avec la plus forte croissance des exportations de...

Le Pérou était le principal fournisseur de myrtilles des États-Unis pendant...