Ministre de l'agriculture du Pérou, Gustavo Mostajo Ocola:
"Nous devons moderniser l'agriculture"

Ma mission est de développer trois axes stratégiques principaux pour contribuer à la modernisation de l'agriculture, afin qu'elle soit plus rentable et de plus en plus durable. A cet effet, de multiples initiatives publiques et privées doivent être développées.

Tout d'abord, je tiens à souligner la croissance et la bonne gestion du secteur agro-exportateur qui, au cours de la dernière décennie, est passé de 52 à 155 le nombre de marchés internationaux en tant que destination des produits agricoles péruviens. Pour continuer à croître, nous devons redoubler d'engagement du secteur et intensifier nos actions dans la recherche de nouvelles destinations pour nos produits phares, tels que: avocats, raisins, myrtilles et mangues, entre autres, en vue de dépasser 10 milliards de dollars. en ventes jusqu'en 2021, ce qui permettra principalement aux petits et moyens producteurs d'augmenter leurs revenus.

Pour cela, nous avons mis en œuvre le Plan National d'Agro-Export, qui visait à atteindre 7.000 milliards de dollars de ventes et exportations nationales de produits agricoles en 2018. En ce sens, l'accord signé par le Ministère de l'Agriculture et de l'Irrigation avec les Affaires étrangères et du Commerce est également prévu. Etranger et Tourisme, pour incorporer des agrégats agricoles de portée régionale, couvrant les continents d'Amérique, d'Asie et d'Europe et servant de support à la gestion de l'accès à de nouveaux marchés internationaux, en maintenant les marchés de destination actuels.

Un deuxième axe de développement est la modernisation. Les marchés exigent de meilleurs résultats de notre production agricole et le moment est venu de moderniser nos processus de production. Dans cette perspective, le Plan National des Cultures et le Système National de Suivi de la Production Agricole ont été mis en place, afin d'obtenir un système informatique pour toutes les cultures du pays.

Le troisième axe correspond à l'associativité des producteurs, afin de les renforcer et qu'ils puissent accéder aux crédits, car il ne peut y avoir de modernité dans notre agriculture sans ressources pour acquérir la science et la technologie, aspects essentiels au développement. Nous avons besoin de plus de génétique, d'irrigation technique, de transport réfrigéré, de récolte mécanisée, de couvertures de protection et d'autres technologies et nous le ferons avec associativité et avec le soutien total du ministère que je dirige.

Gustavo Mostajo Ocola

Il est agronome diplômé de l'Université catholique de Santa María à Arequipa. Sa vie professionnelle a commencé en 1995 au Service national de santé agricole (SENASA), un organisme public du Ministère de l'agriculture et de l'irrigation, où il était responsable du contrôle et de l'éradication des ravageurs et des maladies d'importance économique dans le pays. Dans ce domaine, la lutte contre la mouche des fruits, la fièvre aphteuse et la brucellose et la tuberculose bovine, ainsi que son rôle dans les activités de lutte biologique contre les ravageurs, de lutte contre la gale chez les camélidés et surveillance agrosanitaire aux frontières.

source
Martín Carrillo O. - Blueberries Consulting

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Opinion: Le danger de la consanguinité dans l'industrie du bleuet

Affaire américaine des sauvegardes: une menace qui ne prospérera pas

Ricardo Polis: "Nous ne pouvons pas revenir en arrière"