Nicky Mann, Protected Crop Australia : « L'industrie australienne des cultures protégées est à un moment extrêmement excitant »

L'industrie australienne des cultures protégées se trouve à une période extrêmement excitante de son histoire, déclare Nicky Mann. En tant que présidente du conseil d'administration de Protected Cropping Australia et l'une des administrateurs de Family Fresh Farms, elle vit et respire l'horticulture tous les jours de sa vie. Au cours des dernières années, vous avez vu l'industrie se développer et se professionnaliser. Protéger leurs cultures, qu'il s'agisse d'événements météorologiques massifs ou de ravageurs et de maladies, est une priorité élevée pour les producteurs en les aidant à servir le marché en croissance rapide.

Cultures en serre

Au cours des cinq dernières années, l'industrie horticole australienne a connu une croissance rapide dans de nombreux secteurs. « Les producteurs de nombreux produits horticoles envisagent une forme de protection sur, autour ou sous leurs cultures, comme des filets, de la culture hydroponique, l'utilisation de substrats, des tunnels en plastique, des serres rétractables, des serres à plusieurs travées, des serres de haute technologie ou même des serres verticales intérieures. fermes. Il existe déjà une ferme en Nouvelle-Galles du Sud qui cultive des avocats dans des serres rétractables », explique Nicky.

La production de fruits rouges tels que les myrtilles et les framboises, les amandes, les avocats, les agrumes et les cultures en serre telles que les tomates, les concombres, les poivrons et les aubergines a augmenté en particulier, en particulier les tomates snack, les concombres snack et les poivrons snack. « Mais il y a aussi le gingembre, le curcuma, le fruit du dragon, les figues, les cerises et bien d’autres cultures horticoles qui étaient traditionnellement cultivées en extérieur sous des filets, des bâches en plastique, etc. et donc la culture de tissus, les propagateurs et les jeunes pépinières ont dû se développer en conséquence et sont devenus beaucoup plus sophistiqués et mécanisés.

De plus, il y a eu une augmentation de la production de cannabis médical en Australie, « et pendant la COVID, l'industrie du jardinage et des pépinières, y compris la production de fleurs, a littéralement connu une croissance, ce qui est surprenant après de nombreuses années de dur commerce dans ce secteur.

Marché de produits frais

Selon Nicky, les causes de la croissance sont multiples. "Les consommateurs sont nettement plus conscients des bienfaits des fruits et légumes frais pour la santé, et l'incroyable augmentation de la consommation de produits comme les myrtilles, les avocats et les amandes est le résultat direct des campagnes de marketing sur les bienfaits de ces produits particuliers." Les consommateurs sont devenus fous de myrtilles en particulier, alors tout le monde s'est précipité pour planter des myrtilles, notamment sous des tunnels et dans des substrats, pour récolter plus rapidement et répondre à la demande croissante de ce fruit riche en antioxydants, qui générait également des profits incroyables pour les producteurs. Cependant, l'offre de myrtilles s'est considérablement améliorée en Australie et les prix ont chuté, les producteurs doivent donc désormais être plus efficaces et porter leur croissance et leur viabilité vers de nouveaux sommets.

Il ajoute que le marché australien est un peu en retard sur l'Europe, "mais il y a une pression pour que davantage de fruits et légumes frais soient ajoutés pour plus de commodité pour le consommateur, et l'accent est davantage mis sur des collations saines, savoureuses et faciles à préparer". ». salades et repas à base de produits frais. Cependant, la vaste taille de notre pays ajoute également une couche de complexité, car les distances de transport sont énormes et l'acheminement des produits vers les marchés et/ou les consommateurs peut parfois prendre des jours pour arriver, donc la sélection des variétés Pour cultiver, vous devez en tenir compte. »

L'Australie s'est également concentrée sur l'exportation vers l'Asie voisine au cours des cinq dernières années. « Alors que de grandes populations s’enrichissent à nos portes, il existe de nombreuses opportunités pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande. En fait, beaucoup de travail a été fait pour garantir que nous produisons les types de produits que ces pays et leurs consommateurs veulent et dont ils ont besoin. »

Tirez le meilleur parti de votre culture

Avec la croissance du marché, les producteurs veulent protéger leurs cultures de la meilleure façon possible, c'est là qu'intervient l'industrie des serres. « Il y a plus de considération de la part de tous les producteurs que d'envisager de protéger leurs cultures contre les événements météorologiques massifs comme les incendies, la grêle, les inondations et les sécheresses - l'Australie semble célèbre pour ces événements météorologiques extrêmes. Les producteurs en avaient marre de perdre récolte après récolte, année après année, il fallait donc qu'un changement s'opère ».

Dans le même temps, les producteurs australiens tentent d'atténuer les risques de ravageurs et de maladies. « L'Australie, dans le passé, a été assez isolée. Cependant, nous n'avons plus cette chance et nous avons eu un certain nombre de parasites et de maladies exotiques qui ont atteint nos côtes. Les accords de commerce équitable ont permis le flux de produits horticoles vers nos côtes, mettant notre biosécurité en danger et trouvant des fissures pour infiltrer nos États et nos fermes. Les épidémies de ravageurs exotiques comme la mineuse des serpentins dans le bassin du Grand Sydney causent beaucoup de stress et de détresse aux producteurs car il y a peu de produits chimiques enregistrés et ils n'utilisent peut-être pas encore de stratégies IPM pour le combattre. Nous assistons de plus en plus à des incursions de ravageurs exotiques, ce qui est une préoccupation constante pour nos producteurs. L'adoption de filets, couvertures plastiques, tunnels,

Problèmes de travail

Il y a ensuite le problème de la main-d’œuvre, qui pousse les producteurs à opter pour une main-d’œuvre réduite. « Par exemple, un employé occasionnel de niveau 1 (niveau d'entrée) dans le secteur horticole doit aujourd'hui gagner un minimum de 25,41 $ l'heure, mais le coût réel pour l'employeur est d'environ 31 $ l'heure une fois tous les coûts calculés. Cela a amené les agriculteurs du secteur horticole en Australie à envisager l'automatisation et des méthodes ultra-efficaces d'utilisation de la main-d'œuvre, qui dans de nombreuses organisations représente 65 % de leurs coûts totaux. Par conséquent, l’adoption de nouvelles façons de former des arbres fruitiers, de planter des vergers, de planter des murs fruitiers et de pouvoir utiliser autant que possible des machines a explosé au cours des 5 dernières années pour augmenter l’efficacité du travail et s’en sortir avec une main-d’œuvre plus réduite qu’auparavant. passé."

Il ajoute que les systèmes de culture intensive sous abri, en particulier les serres de haute technologie, sont incroyablement efficaces pour maximiser l'efficacité du travail : « Des plateformes élévatrices à ciseaux, des chariots de récolte, des véhicules sans conducteur (Bogaert Bees) dans les serres, des machines d'empilage et de palettisation de fournisseurs tels que TAKS et d'excellents machines d'emballage dans les usines de conditionnement.

« Les producteurs comprennent que la cohérence de la qualité et de la quantité est impérative et vitale pour entretenir de bonnes et saines relations avec la chaîne d'approvisionnement, y compris les supermarchés, qui nécessitent un approvisionnement en produits toute l'année. Les producteurs visent à combler les déficits d’approvisionnement ou les périodes de pointe de remontée des prix, ce qui se produit généralement lorsque l’offre se produit hors saison ou au milieu des périodes de production de pointe. Ce sont les « points forts » d’une rentabilité élevée et tous ces avantages peuvent être obtenus en utilisant des cultures protégées, où le climat, la nutrition et la gestion des cultures peuvent être contrôlés ou optimisés pour de meilleurs résultats.

Secteur horticole sain

Dans l’ensemble, l’Australie est en bonne position avec un secteur horticole très sain, dont la taille, la sophistication et l’automatisation augmentent. "D'ici 2030, l'agriculture australienne vise à devenir une industrie de 100 milliards de dollars (elle atteint désormais un peu plus de 70 milliards de dollars), l'horticulture australienne doit donc être préparée en conséquence à contribuer à cet objectif au cours des 8 prochaines années." « Il y a donc encore beaucoup de marge d’amélioration et d’efficacité à tous les niveaux. »

La croissance du marché se traduit par une augmentation des activités de type 'Corporate / Investor'. « Des entreprises extérieures à notre industrie et parfois même étrangères ont investi d'importantes sommes d'argent dans l'établissement d'exploitations horticoles, y compris de grandes entreprises sophistiquées et organisées qui sont conçues pour avoir des retours sur investissement incroyables. Cela a changé le paysage, certaines entreprises devenant même publiques, se mondialisant et ayant un impact mondial avec leurs systèmes, leur génétique et leurs connaissances, indiquant qu'il existe de grandes perspectives pour le secteur horticole australien. »

Une chose dont Nicky est sûr, c'est qu'en tant qu'organisation de cultures protégées, l'Australie doit être là pour soutenir ses nouveaux producteurs avec des connaissances, une formation et divers forums pour aider à diffuser les connaissances et l'expérience. « Les producteurs de cultures protégées existants en Australie se portent bien et se fixent des objectifs stupéfiants. Je vois des producteurs commencer à tremper leurs orteils dans l'eau avec peut-être 1 à 5% de leur récolte sous protection et petit à petit ils passent de plus en plus de cultures sous protection, comme une police d'assurance pour s'assurer de récolter ce qu'ils sèment et entretiennent leur part de marché. Je vois de plus en plus d'entreprises de style corporatif entrer dans ce secteur car la production d'aliments propres et biologiques sera essentielle avec la croissance démographique future et les cultures protégées comme un retour sur investissement sûr et fiable. Avec des ressources précieuses comme l'eau,

Le projet de cartographie du secteur des cultures protégées en Australie

Par exemple, la PCA soutient le projet de cartographie UNE du secteur des cultures protégées en Australie. «Ces données fourniront des chiffres précis sur la taille, l'échelle et les détails de notre industrie en Australie, afin que nous puissions attirer l'attention du gouvernement pour soutenir notre croissance à l'avenir. Nous sommes également déterminés à faire reconnaître officiellement le Greenhouse Building Code par le Australian Building Code pour accepter nos structures comme uniques et nécessitant un traitement différent de celui des autres usines ou bâtiments, ce qui aidera grandement nos membres à surmonter la bureaucratie, à réduire le temps et les coûts. pour obtenir l'approbation et le démarrage de nouveaux projets. Enfin, se concentrer sur la formation et l'amélioration de notre main-d'œuvre pour exploiter et gérer ces systèmes de cultures protégées vivrières est essentiel pour équiper adéquatement notre pays pour l'avenir de la production alimentaire. »

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Le Chili atteint un record historique en matière d'exportation de fruits frais
Les fruits rouges stimulent les exportations agroalimentaires de Huelva...
Existe-t-il des alternatives au plastique ?