Ricardo Polis: "Nous ne pouvons pas revenir en arrière"

Ricardo Polis est diplômé en génie industriel et vétéran de l'industrie agricole sud-américaine, avec une vaste expérience dans la gestion de la production et de l'exportation de produits frais. Il a été président de l'Association des guildes de producteurs agricoles du Pérou (AGAP) et est actuellement directeur régional pour l'Amérique du Sud à Fall Creek Farm & Nursery, Inc.

J'ai 35 ans de vie active, 26 liés à l'agriculture et les 20 derniers étroitement liés à l'exportation de produits agricoles.

Je suis fier d'être témoin de ce «miracle agricole» que le Pérou a fait au cours de ce siècle. Oui, Milagro Agrícola, c'est ainsi que nous ont dit les acheteurs internationaux et notre concurrence étrangère, surpris: Sud-Africains, Argentins, Uruguayens, Chiliens, Brésiliens, Australiens (tous producteurs-exportateurs de l'hémisphère sud).

J'ai eu la chance de participer aux 16 derniers salons Fruit Logística à Berlin, le plus important salon des fruits et légumes au monde, j'ai participé lorsque le Pérou avait un tout petit stand, je pense qu'il y avait 6 tables et 6 chaises, nous n'étions personne sur le marché mondial. Aujourd'hui, le Pérou possède l'un des stands les plus importants de la Foire avec plus de 500 mètres carrés, où il y a une file d'attente pour parler et contacter de nombreux hommes d'affaires péruviens (il n'y en a PAS 15 comme le dit un ancien ministre). Dans ce salon, nous exposons non seulement nos produits frais, nous promouvons également notre tourisme, notre gastronomie et bien sûr, Pisco.

Nous sommes si importants que nous avons été nommés «PAYS PARTENAIRE OFFICIEL», titre qui est attribué chaque année aux pays les plus importants de l'industrie. (Cette année, nous avons été nommés OFFICIEL PARTNER COUNTRY au salon de Hong Kong)

Je me souviens des années où j'offrais des raisins, m'ont dit des acheteurs internationaux, d'abord j'achète au Chili et quand je vois que je manque de produit, j'achète chez vous. Cela a été inversé, changé, nous avons cessé d'être le remplaçant, le deuxième cours. Le Pérou est en concurrence sur un pied d'égalité avec le plus grand exportateur de raisins du monde, nos voisins du Chili. Chez les mandarines, nous avons réussi à déplacer nos amis argentins et uruguayens du marché britannique, le marché le plus exigeant du monde, partageant ce marché et luttant respectueusement avec l'Afrique du Sud.

Cette histoire se répète avec de nombreux produits alors qu'au début de ce siècle nous n'étions personne et maintenant nous sommes parmi les principaux exportateurs mondiaux des produits que nous exportons.

Un autre détail non mineur est que nous avons rompu les paradigmes et démontré qu'au Pérou, vous pouvez cultiver des produits que l'on pensait auparavant ne pas pouvoir pousser, tels que: les raisins à Piura et les myrtilles sur la côte (aujourd'hui, nous sommes les premiers exportateurs au monde. )

Je peux dire avec fierté que l'industrie péruvienne d'exportation agricole est l'une des meilleures au monde, elle est de classe mondiale, où tous les supermarchés: chinois, russes, britanniques, canadiens, européens et américains viennent tous acheter au Pérou. , mentionnez un nom et que le supermarché achète au Pérou ... directement ou indirectement.

L'exportation a apporté au Pérou la mise en œuvre OBLIGATOIRE des Bonnes Pratiques Agricoles (BPA en anglais) et quelles sont-elles? Ils sont conformes aux normes internationales sur: les bonnes pratiques de travail, les bonnes pratiques environnementales, les bonnes pratiques de gestion de terrain, entre autres, ils sont l'ISO de l'agriculture. Ces normes sont aussi exigeantes que les lois imposées par l'État péruvien, elles sont OBLIGATOIRES par les supermarchés européens et américains pour pouvoir exporter et des certifications annuelles doivent être passées avec des sociétés de certification internationales de haut niveau. Dans le chapitre sur les bonnes pratiques de travail, il y a l'exigence de fournir de bonnes conditions de travail au personnel, cela implique: formation, services d'hygiène, réglementation des horaires, utilisation d'outils de sécurité, discrimination sexuelle ou raciale, travail des enfants, etc. etc.

Dire que toutes les entreprises exportatrices maltraitent leur personnel et que les conditions de travail du XIXe siècle sont maintenues est loin d'être la vérité. S'il y avait (je ne mets la main au feu pour personne) des entreprises qui ne se conforment pas à la réglementation péruvienne, que l'Etat péruvien intervient et impose les amendes correspondantes.

Nous ne pouvons pas inclure tout le monde dans le même sac et dire que cette industrie est mauvaise, il y a beaucoup d'entreprises que j'ai visitées et dans chacune d'elles j'ai vu un réel engagement envers leur peuple, il n'y a PAS SEULEMENT 15 entreprises.

Plusieurs fois, nous avons invité différents politiciens à nous rendre visite, en étant en mesure de choisir l'entreprise qu'ils souhaitent visiter et de venir voir la réalité, ce dont nous devrions tous être fiers. La réponse était toujours la même: «Je sais et je n'ai pas le temps». Ils n'y sont jamais allés. Aujourd'hui, il y a des politiciens qui parlent aussi bien, avec une ignorance absolue de la réalité, avec beaucoup de mensonges et des gens qui répètent sans le savoir.

Nous détruisons une réussite, l'envie de nos pays concurrents.

Nous avons parcouru un long chemin, nous ne pouvons pas revenir en arrière.

source
Ricardo Polis - Ruisseau d'automne

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La 5e saison de Better with Blueberries commence en Argentine

Des scientifiques péruviens récupèrent et étudient les bleuets sauvages indigènes...

Chili : L'exportation nationale de fruits vers la Chine se développe et à Biobío, il y a une forte ...