Le Pérou doit développer l'industrie des bleuets transformés

Le Pérou devrait développer l'industrie du bleuet transformé, même si l'objectif de la production doit rester frais, a déclaré Cort Brazelton, directeur international de Fall Creek Farm & Nursery.

Il a souligné que les bleuets transformés ne représenteraient pas une activité rentable pour les producteurs, mais absorberaient un volume de fruits frais qui ne devrait pas être envoyé sur le marché international, protégeant ainsi l'image du Pérou en tant que producteur de fruits de qualité.

"Il est important qu'il existe une option sur le marché des produits transformés, car cela permettra au producteur de récupérer une partie de son investissement. Il est important d'être offensif et défensif dans le secteur"Il a commenté.

Il a mis en exergue les pays dont l'industrie de la canneberge est plus mature que celle du Pérou, comme les cas du Chili et de l'Argentine, qui ont également dû développer leur industrie de transformation.

"Dans le cas du Chili, dans le sud de son territoire, le climat est favorable pour produire la variété de bleuets Northern Highbush, dont les caractéristiques permettent de les récolter à la machine. Ils produisent donc des bleuets destinés à la transformation, mais le pourcentage le plus élevé provient des rejets. ou un bon fruit, mais qui n'atteindra pas bien le marché de destination, car il a une courte durée de vie après la récolte"Il a dit.

À cet égard, il a noté que dans le cas du Pérou, les variétés plantées sont destinées à l'industrie du frais, le bleuet péruvien n'ayant pas assez de "brix" pour avoir une valeur élevée dans l'industrie de la transformation, il faut donc l'apprécier. secteur ne devrait se concentrer que sur le marché latino-américain.

 

Source: Agraria.pe

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les gelées dévastatrices provoquent des pertes importantes de myrtilles en U...
Rêve bleu : l'Ukraine établit un record historique pour l'exportation de myrtilles...
José Antonio Gómez-Bazán, PDG de Camposol : quel est le secret du succès...