Pourquoi les bleuets de Géorgie pourraient être laissés de côté cette saison

Les températures inférieures à zéro qui ont balayé la Géorgie au début du mois ont causé des dommages aux cultures fruitières de l'État, dont le pire semble être celui des myrtilles cultivées dans la partie la plus méridionale de l'État.

Lors de l'événement de la mi-mars, les températures ont chuté au milieu des années 20 en Géorgie du Sud et chez les adolescents dans les montagnes de la Géorgie du Nord.

Le président de la Georgia Blueberry Commission, Jerome Crosby, a déclaré que les producteurs examinaient toujours les dommages potentiels aux cultures, mais il s'attend à ce que les myrtilles à floraison précoce soient les plus durement touchées.

"Si vous aviez un grand buisson sans protection contre le gel, il est parti", déclare Crosby. "Le fruit était si mûr et le froid si sévère que c'était une mort instantanée pour cette récolte."

Crosby a déclaré qu'environ 40% des bleuets en corymbe de Géorgie n'ont pas de protection contre le gel. Même avec une protection contre le gel, les producteurs pourraient encore voir des dommages sur 15 à 20 % de leurs baies.

Les myrtilles Rabbiteye, qui fleurissent plus tard, n'étaient généralement pas gravement endommagées, ajoute Crosby.

La baisse de la récolte a soulevé d'autres préoccupations. Les détaillants qui attendent l'arrivée des bleuets de début de saison pourraient se tourner vers l'achat de bleuets importés. Crosby craignait que les producteurs nationaux ne récupèrent cet espace sur les étagères l'année prochaine.

« La plupart des agriculteurs ont une assurance-récolte, mais ils ne veulent pas en avoir », explique Crosby. « Les grands perdants sont les installations de conditionnement. Il n’y aura pas de revenus sans que les fruits passent par la chaîne de transformation. C'est dur."

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Mexique : Tout est prêt ! Profitez de la Fête des Baies 2024 à Zacatlán,...
L’avenir de l’agriculture au Pérou dépend du soin des abeilles : ce...
« Dans la crise péruvienne, et maintenant au Mexique, 80 % sont une conséquence de la gestion...