Post-récolte, l'un des plats principaux qui sera abordé dans le Mois international de la myrtille

Bien qu'il soit soutenu que la durée de vie optimale du fruit en post-récolte est garantie par une manipulation appropriée au stade de la pré-récolte, les variables pour que cela se produise se sont multipliées, il est donc nécessaire de très bien choisir les alternatives appropriées pour chaque réalité de culture, même pour chaque jardin ou ferme spécifique.

"La post-récolte commence dans la pré-récolte", c'est la phrase que le chercheur Bruno Defilippi répète depuis des années et chaque année cette phrase prend plus de sens, non pas parce qu'elle n'a pas été entendue et devrait être répétée à la folie, mais parce que la myrtille a radicalement changé sa la réalité de la gestion à mesure que sa culture s'étendait à différentes régions du monde.

Il y a quelques décennies on parlait d'une culture à conduite agricole et technique classique, en sol, avec irrigation conventionnelle et traitements fertilisants ou nutritionnels avec des produits qui n'existent plus ou sont interdits. En plus de sa commercialisation sur des marchés plus proches et avec une demande moins exigeante, qui a radicalement changé.

Variables multiples

Actuellement, la myrtille est également cultivée dans d'autres systèmes technologiques, tels que la culture hydroponique, avec de nouveaux engrais et produits nutritionnels, moins agressifs pour l'environnement ou simplement inoffensifs, et dans des climats et des géographies impensables il y a des années, comme les plantations au milieu de la désertique, dans les climats tropicaux, ou ceux qui manquent de ressources en eau, de sorte que, bien qu'il soit maintenu que la durée de vie optimale du fruit en post-récolte est garantie par une manipulation adéquate au stade de la pré-récolte, les variables pour que cela se produise se sont multipliées, il est nécessaire de très bien choisir les alternatives appropriées pour chaque réalité de culture, même pour chaque jardin ou ferme spécifique.

Pertes

En Amérique latine, plus de 400 80 tonnes de nourriture sont gaspillées et près de XNUMX % de ces pertes surviennent dans les étapes directement liées au processus de production et de commercialisation, c'est-à-dire au stade post-récolte. La cause de ces déchets est due à des facteurs biologiques et physiques, et est liée à des causes directement liées à la manutention et à la logistique, soit en raison du manque d'infrastructure adéquate pour garantir les conditions idéales du produit, soit en raison des longues distances de centres de distribution et de consommation finale, comme les fruits, et plus particulièrement les myrtilles.

Alternatives

De nouvelles technologies sont constamment développées qui permettent la réduction de ces pertes et celles-ci sont très diverses, allant de l'amélioration génétique des plantes pour obtenir une vie plus longue et plus productive après la récolte, au développement de nouvelles gestions productives, telles que l'utilisation de des systèmes de protection ou de couverture des cultures pour atténuer les effets climatiques agressifs résultant du changement climatique. Il existe d'autres avancées importantes, telles que l'utilisation de substrats et de systèmes hydroponiques et le contrôle des maladies fongiques ou pathogènes, dans la perspective d'une production de produits plus sains et plus sûrs et, surtout, respectueux de l'environnement, comme la demande actuelle International l'exige.

Demande accrue

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), les pertes se produisent dans les étapes avant que les fruits n'atteignent les consommateurs et correspondent à 50% du total, d'autre part, la demande de la consommation de myrtilles et autres latins Les fruits d'exportation américains continuent de croître et d'augmenter, de sorte que l'industrie est non seulement confrontée au défi de réduire ces pertes, mais doit être plus productive et surtout produire des fruits de meilleure qualité pour une meilleure demande internationale de plus en plus exigeante et informée, ce qui nous oblige à faire face ce défi avec de multiples outils et processus, dans une stratégie interdisciplinaire de plus en plus complexe.

Mois international du bleuet

Pour cette raison, et parce que l'industrie dans ses différentes facettes et réalités en a besoin, lors du Mois international du bleuet, qui a lieu chaque année en août, l'étape post-récolte du processus de production du bleuet sera abordée de manière exhaustive par les acteurs les plus variés et les plus reconnus. des experts de différentes disciplines connexes, tels que Claudia Moggia, Jéssica Rodríguez, Paula del Valle, Reinaldo Campos et le professeur Bruno Defilippi, qui analyseront le potentiel post-récolte, la fréquence de récolte, la perte de poids, la fermeté, la déshydratation, les paramètres de qualité, les technologies innovantes pour préserver la qualité et l'état du fruit, la fermeté des variétés et une analyse complète des technologies post-récolte actuellement utilisées, entre autres aspects.

De plus, lors de l'événement international en août, une vingtaine d'experts internationaux aborderont en profondeur les aspects les plus divers et les plus importants liés à l'industrie mondiale du bleuet dans sa manipulation et sa culture, et ce qui est lié à la demande sur les marchés mondiaux.

 

Pour acheter votre billet pour l'événement, cliquez sur le bouton suivant :

source
Martín Carrillo O. - Blueberries Consulting

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les ports de Los Angeles et Long Beach atteignent un incroyable 70 po ...

Les agrumes et les myrtilles péruviens peuvent désormais être exportés vers l'Inde

Aperçu mondial des myrtilles