L'entreprise espagnole Grupo Clasol s'engage dans la production de baies en Roumanie

«La Roumanie devient une origine stratégique, puisqu'elle occupera une fenêtre intéressante en été»

La société espagnole Groupe Clasol s'est associé à la société FG3S dans un ambitieux plan d'investissement quinquennal visant à développer la production de baies en Roumanie. Le plan envisage la modernisation et le développement des fermes, ainsi que la mise en œuvre de mesures technologiques et efficaces dans l'usine de transformation.

L'entreprise estime que la Roumanie offre de grandes opportunités, notamment pour les bleuets, compte tenu de la croissance de la production et de plusieurs autres facteurs, notamment le calendrier de production.

"La production en Roumanie commence dans la deuxième quinzaine de juin, date à laquelle se termine la campagne espagnole, et se poursuit jusqu'au début septembre, lorsque les volumes péruviens commencent à atteindre leur apogée", dit-il. César Claramonte, Chef de la direction Groupe Clasol.

"La Roumanie devient ainsi un fournisseur stratégique, puisqu'elle couvrira cette fenêtre intéressante de la saison estivale et nous permettra de garantir l'approvisionnement en baies chaque mois", dit-il.

César Claramonte PDG – Grupo Clasol // EDEM – Executive MBA

«Actuellement, nous vendons déjà des fraises, des framboises et des myrtilles tout au long de l'année. Les fruits proviennent d'Espagne, du Portugal et du nord du Maroc, ainsi que de l'hémisphère sud.

Participer à un projet de production en Roumanie est la première étape pour s'engager dans sa propre production. Nous envisageons déjà des projets de production de myrtilles, de fraises et de framboises dans différentes régions que nous considérons stratégiques », dit-il. César Claramonte.

Les deux principaux groupes de produits de l'entreprise sont les agrumes et les fruits à noyau, et désormais, selon son directeur général, « nous visons à ce que les baies deviennent le troisième secteur clé de l'entreprise. Nous espérons commercialiser près de 6 millions de kilos cette campagne », dit-il. César Claramonte .

source
place fraîche

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les producteurs de bleuets du Zimbabwe cherchent à accéder au marché chinois
L'industrie des petits fruits au Mexique continue de croître malgré les défis
Révolutionner l’irrigation hydroponique des baies – la solution 3-en-1