Le SAG applique une nouvelle technique de lutte contre Lobesia botrana

Le programme national de Lobesia botrana, en collaboration avec l'Institut de recherche agricole (INIA), a lancé le dernier 22 en octobre, les premiers essais d'application de champignons entomopathogènes (HEP) dans la région métropolitaine. C'est une nouvelle technique de contrôle qui complète la phéromone de confusion sexuelle déjà connue et qui a été appliquée dans un secteur urbain de la commune de Paine, qui se caractérise par une forte infestation de ce papillon.

Les champignons entomopathogènes développent leur fonction de contrôle entraînant la mort des pupes de Lobesia botrana qui se logent sous l'écorce de la vigne et se développent sur le corps de l'insecte qui est colonisé grâce à une série d'enzymes dégradant la cuticule de l'hôte. Une fois à l'intérieur des nymphes, le PHE commence à coloniser différents organes, libérant des toxines et finalement inhibant le développement physiologique et entraînant la mort.

Cette méthode de contrôle - qui est complètement inoffensive - permettra un contrôle urbain à l’avenir sans risque pour la santé de la population.

À cet égard, Felipe Leal, responsable du programme Lobesia botrana de la région métropolitaine, a expliqué que "la mise en œuvre de cette nouvelle technique nous permettra de travailler plus tard dans de plus grandes zones urbaines où il existe un grand nombre de fosses artisanales où le contrôle de Il est pratiquement inexistant, sauf dans les zones entourant les fermes où sont installés des émetteurs de phéromones. En résumé, il s’agit de l’un des outils qui a commencé à être utilisé à partir de cette saison dans les secteurs urbains, faisant également référence à la libération d’ennemis naturels et au TIE de Lobesia ".

Il convient de noter que Lobesia botrana ou papillon de nuit du groupe de vignes (Lepidoptera Tortricidae) a été détecté pour la première fois dans notre pays dans la région de Linderos, région métropolitaine. C'est une peste originaire d'Europe qui attaque les vignobles et sa larve provoque des dégâts directs en se nourrissant des grappes, produisant une pourriture et une déshydratation des baies, une situation qui diminue les rendements de la vigne.

source
Service de l'agriculture et de l'élevage

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les exportations de cerises chiliennes ont presque triplé en janvier 2024 : les Chinois...
La saison des myrtilles au Maroc avance à deux vitesses
Onubafruit, le premier producteur de baies en Espagne bien qu'il réduise de 11%...