La SAG appelle les producteurs à prendre des mesures préventives contre la présence de mouches des ailes tachetées sur les cerisiers et les baies

La peste est présente dans notre pays depuis 2017 et a été détectée en mars 2018 dans la commune Mulchén de la région Biobío.

Le Service de l'agriculture et de l'élevage de Biobío (SAG) appelle les producteurs de cerises et de baies à se renseigner sur les mesures à appliquer contre la présence de la peste Drosophila suzukii ou mouche maculée, un ravageur présent dans la région depuis mars de 2018.

«Il y a des inquiétudes des habitants de la province de Biobío, qui se sont plaints de cette situation dans nos bureaux, déterminant la présence de la mouche à ailes tachetées, donc nous renforçons cette information avec les municipalités afin qu'elles puissent soutenir via PRODESAL - INDAP aux producteurs sur ce ravageur détecté pour la première fois dans notre pays en 2017 dans la région de La Araucanía », a déclaré Iván Ramírez Delpín, directeur régional de SAG de Biobío.

En ce sens, le directeur a expliqué que la drosophile à ailes tachetées est considérée comme un ravageur actuel qui attaque une large gamme de cultures fruitières, ainsi qu'un nombre croissant de fruits sauvages. (Résolution SAG N ° 1943/2019). Dans les régions de Ñuble, Biobío, La Araucanía, Los Ríos et Los Lagos, selon les registres du SAG, il a une large distribution.

En ce qui concerne les mesures préventives, il a souligné qu'au niveau international, il est suggéré qu'il y ait une gestion intégrée du ravageur, ce qui implique que des applications chimiques sont effectuées à des moments spécifiques en cas de détection de spécimens de mouche maculée, en plus du nettoyage du verger, élimination de mauvaises herbes qui pourraient être des hôtes de la peste, une bonne gestion de l'irrigation, entre autres actions, qui sont indiquées sur le site Web du SAG www.sag.cl

"Dans les vergers ou les fermes où il y a des cultures hôtes pour l'insecte ainsi que la collecte et la destruction par enfouissement des fruits tombés et non récoltés, nettoyage de la surface du sol, application d'insecticide sur le sol sous la couronne de chaque plante et / ou arbre, taille des plantes et / ou des arbres pour éliminer d'éventuels lieux de refuge pour la peste, entre autres », a souligné le directeur du SAG.

De même, il a précisé qu'il appartient aux producteurs, locataires, propriétaires ou administrateurs des vergers d'espèces cultivées, de mettre en œuvre des mesures de gestion intégrée pour lutter contre le ravageur.

Mouche tachetée

Ce ravageur diffère de la plupart des espèces de son genre - communément appelées «mouches du vinaigre», qui ne sont pas des ravageurs, car elles infestent les fruits trop mûrs, tombés ou fermentés, il pond des fruits sains qui Ils sont à l'état mûr et ont de préférence un épiderme doux et fin.

Plus tard, leurs larves se développent et se nourrissent de la pulpe du fruit, le rendant invendable. Ce ravageur a montré une expansion rapide, une fertilité typiquement élevée et un cycle de vie court, ce qui, ajouté à la disponibilité d'hôtes et aux conditions climatiques de notre pays, permet d'avoir les conditions appropriées pour son implantation.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les exportations de cerises chiliennes ont presque triplé en janvier 2024 : les Chinois...
La saison des myrtilles au Maroc avance à deux vitesses
Onubafruit, le premier producteur de baies en Espagne bien qu'il réduise de 11%...