Sécurité alimentaire ou sécurité alimentaire ?

Le 7 juin s'est tenu le séminaire intitulé « Comment s'annonce la saison 2023-24 », organisé par la Société nationale d'agriculture (SNA). Cela a eu une excellente ouverture par le président de l'entité, Antonio Walker, après quoi le ministre de l'Agriculture, Esteban Valenzuela, est intervenu. Dans un discours très intéressant, l'autorité a énuméré ce que son portefeuille a fait et fera pendant le reste du mandat du président Gabriel Boric.

Dans sa présentation, le titre ressortait : « Sécurité alimentaire ». A ma table, j'ai entendu quelqu'un dire : « c'est super qu'ils parlent de sécurité alimentaire »… et le fait est que le terme est trompeur. La vérité est que la meilleure traduction de la sécurité alimentaire n'est pas la sécurité alimentaire, mais la sécurité alimentaire. Lorsque nous parlons de sécurité alimentaire ou de sécurité alimentaire, nous allons faire référence à une garantie. Quelle est cette garantie ? Que ces aliments ne nuisent pas à la santé humaine et pour lesquels, nous devons assurer l'ensemble de notre chaîne alimentaire, qui au fil du temps est devenue de plus en plus étendue, car le fameux "du champ à la fourchette" (depuis le champ à la fourchette) a été quelques heures il y a 40 ans, mais aujourd'hui, en traversant les frontières, cela peut durer des mois.

Sur ce, je ne veux pas du tout dire que le ministre ne s'intéresse pas à la salubrité des aliments, car il l'est très certainement, mais lorsqu'il a énoncé sa présentation avec l'expression « salubrité des aliments », il faisait référence à ce qui, dans le Le .UU des États-Unis est appelé « sécurité alimentaire » et est lié à la disponibilité suffisante de nourriture pour notre pays. Il est sans aucun doute essentiel d'assurer cette disponibilité en tant que politique gouvernementale, car le manque de certains aliments peut fausser les prix et, par conséquent, un accès économique facile à ceux-ci. Pour nous hispanophones, il est alors facile de confondre les deux concepts.

Le Chili a réussi à sortir de diverses crises de sécurité alimentaire, comme le problème des raisins empoisonnés en 1989, certains cas de salmonelle dans les légumes, de listeria dans le fromage de chèvre, pour n'en citer que quelques-uns. L'important est que chaque crise nous a donné l'opportunité d'en sortir plus forts, la plupart du temps soutenus par des investissements dans la technologie qui nous ont aidés à avoir un accès rapide et opportun à nos informations.


Alors, va-t-on parler de salubrité des aliments ou de salubrité des aliments?

Jean-Paul Avendano
Représentant iFoodDS pour l'Amérique du Sud

source
Consultation sur les bleuets

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

De nombreux acteurs garantissent la disponibilité des myrtilles aux États-Unis.
Les myrtilles américaines reçoivent une augmentation de 1,3 million de dollars
L'intelligence artificielle va transformer la surveillance des myrtilles