L'Union européenne publie le nouveau règlement sur les engrais

La Commission européenne (CE) a récemment publié la proposition d'un nouveau règlement sur les engrais portant le marquage CE et qui sera applicable à compter du 1 de janvier de 2018 dans l'Union européenne (UE). Du secteur de l'industrie européenne, cette initiative basée sur le libre-échange dans l'Union est célébrée, a publié le portail "Fresh Plaza".

La CE travaille sur ce projet depuis le 2011 et est dirigée ces derniers mois par la nouvelle direction générale communautaire du marché intérieur, de l'industrie, de l'entrepreneuriat et des PME (DG GROW) dans le cadre du paquet sur l'économie circulaire.

L'avant-projet de règlement de l'UE visant à harmoniser tous les engrais en Europe, qui inclut également les biostimulants, y compris les microorganismes, est un projet législatif assez avancé et rigoureux, avec des idées novatrices pour son développement et sa mise en œuvre dans l'UE et une certaine flexibilité pour certains aspects de la les États membres et l'industrie.

L’Association espagnole des fabricants de produits agricoles (AEFA) a été activement impliquée pendant toutes ces années et continue de le faire, au sein du groupe de travail européen Groupe de travail sur les engrais de la CE, dans la préparation de ce règlement.

Objectifs

L'objectif principal de ce futur règlement est d'éliminer les barrières commerciales entre les États membres et de permettre l'échange et l'utilisation d'engrais harmonisés, sans entraves techniques au libre-échange. L'une des principales propositions législatives du plan d'action pour l'économie circulaire est également d'encourager dans l'UE la production d'engrais à partir de matières premières organiques ou secondaires non importées.

Dans le cadre de l'économie circulaire, ce projet comprend l'évaluation de matières premières secondaires, de biodéchets, de sous-produits et de produits digérés produits dans l'UE, destinés à être utilisés comme engrais et à favoriser l'auto-approvisionnement européen dans le scénario d'une agriculture durable.

Ce futur règlement abrogera l'actuel règlement 2003 / 2003 des engrais CE, mais permettra à ces engrais déjà harmonisés de rester sur le marché s'ils répondent aux nouvelles exigences de sécurité et de qualité, avec une période transitoire pour leur adaptation.

En ce qui concerne les aspects administratifs, les compétences des États membres et les responsabilités des opérateurs, cette proposition de règlement propose un rapprochement pour réduire les coûts et les charges administratives pour toutes les parties concernées, en évitant les doubles emplois, en raccourcissant les délais de les agréments, favorisant le marché libre et laissant la responsabilité du fabricant, concernant la qualité et l'efficacité des produits portant le marquage CE, conformément aux exigences du règlement. Les États membres sont toutefois responsables de la surveillance du marché.

Source: Agraria.pe

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La demande stimule la production croissante de bleuets en Chine
L'industrie chilienne de la myrtille montre sa volonté de reprendre le leadership
Au Chili, ce 11 avril, deux industries à succès se sont rencontrées