UPA Huelva: "Le marché est saturé, mais avec des spéculateurs"

Le 11 mars, l'UPA Huelva a publié un communiqué de presse dénonçant une "guerre des prix" pour la prise de contrôle du marché de consommation qui affecte les produits agricoles et d'élevage. L'organisation mène une étude de marché continue sur les agents qui respectent les prix des agriculteurs et ceux qui essaient d'imposer des prix à la baisse.

L'UPA Huelva a déjà expliqué dans un communiqué de presse comment la situation météorologique a affecté la campagne. La tempête de début janvier et le manque d'heures d'ensoleillement ont retardé la croissance végétative de la plante et il y a eu une pénurie de produits sur le marché. Cependant, le beau temps des 3 dernières semaines a rendu l'usine à pleine capacité et les marchés sont déjà approvisionnés.

"Incapacité du marché à absorber autant de production"

Cette reprise rapide de la campagne est mise à profit par les directeurs d'achat et les colons qui jouent avec l'excuse d'une supposée "incapacité du marché à absorber autant de production" et avec le fait que le produit est périssable pour faire pression à la baisse le prix pour les agriculteurs. On joue donc que si la fraise est payée à 1,20 € / kg (ce qui ne couvre pas les coûts de production) il n'y a pas de problème sur le marché, mais si elle est payée à 1,40 € / kg le marché est saturé.

L'UPA Huelva n'est pas disposée à autoriser ce type de spéculation agressive. Cet argument qui se produit à des moments précis et spécifiquement maintenant n'a pas de sens car les fraises françaises et italiennes ne sont pas encore entrées en production et les consommateurs européens consomment toujours des fraises de Huelva.

Un problème qui s'aggrave

L'UPA Huelva dénonce cette situation depuis 5 ans, qui s'aggrave campagne après campagne. Alors que les agriculteurs ont principalement besoin de se financer pour assumer des coûts qui augmentent chaque année, les spéculateurs poussent de plus en plus à payer un prix de plus en plus bas à la source et ainsi augmenter leurs marges bénéficiaires. La nouveauté est qu'à ce stade de la campagne, ils utilisent le faux argument de la saturation du marché s'il est négocié pour maintenir le prix.

D'autres organisations agraires se joignent également à la dénonciation publique de la question, alors l'UPA Huelva les invite à se joindre à cette revendication, qui est déjà historique dans l'UPA.

Spéculateurs de prix

Dans un marché qui n'est pas saturé de fraises, mais de spéculateurs, les seules solutions possibles passent par l'unité de la filière pour ne pas céder à la pression de la vente à bas prix et à l'existence d'une loi sur la chaîne alimentaire qui défend les producteurs de ce type d'abus.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La 5e saison de Better with Blueberries commence en Argentine

Des scientifiques péruviens récupèrent et étudient les bleuets sauvages indigènes...

Chili : L'exportation nationale de fruits vers la Chine se développe et à Biobío, il y a une forte ...