Nutrition dans la culture de la canneberge et son influence sur la qualité du fruit

La canneberge est devenue, au cours de la dernière décennie, l’un des fruits les plus convoités au monde. Et ce sont les données des organisations liées à sa production et à ses exportations qui expliquent l’augmentation de sa consommation et la valorisation qu’elle reçoit sur les marchés internationaux.

Cette rage est due en grande partie aux propriétés de ce fruit. La demande d'un produit frais, meilleur goût et plus ferme est donc devenue l'aspect le plus difficile de sa récolte.

En ce sens, la planification qui précède l’établissement de la culture devient vitale, car c’est là que commencent les aspects essentiels qui aboutiront à des résultats favorables ou défavorables. Dans cette ligne, vous pouvez mentionner la préparation du sol, le choix de la variété et l'installation du système d'irrigation pour n'en nommer que quelques-uns. Une fois que ceci est défini et que la culture est établie, des plans nutritionnels sont élaborés.

Mais quels sont les facteurs à prendre en compte dans l’élaboration de programmes nutritionnels pour obtenir des bleuets de qualité? À cet égard, le Dr. Juan Hirzel lors de votre participation à la Deuxième édition des séminaires internationaux qui seront offerts par notre organisation Blueberries Consulting dans la ville de Madrid, en Espagne, lors du prochain 30 en octobre.

L’événement, qui aura lieu à l’hôtel Meliá Avenida América, permettra à l’agronome de présenter quelques cas pratiques sur les programmes de nutrition, ainsi que sur les relations entre les nutriments et la qualité de la canneberge.

L'intervention de M. Hirzel est de loin pertinente, car il possède une connaissance approfondie du sujet. Il est diplômé de l'Université de Talca et possède une maîtrise en sciences sur la fertilité des sols et la nutrition des plantes de l'Université de Concepción.

De même, le spécialiste chilien est titulaire d'un doctorat en sciences en technologie agroenvironnementale de l'Université polytechnique de Madrid.

Il souligne également sa collaboration à des projets de recherche pour le développement de méthodologies de gestion sectorisée des vergers, l'application de techniques d'analyse d'images multispectrales pour optimiser les cultures, compte tenu de sa spécialisation en fertilité des sols.

Dernières propositions

Selon certains chercheurs, il n'existe pas au Chili de programme de fertilisation précis permettant de comprendre avec précision la quantité d'éléments nutritifs nécessaires pour faire pousser des bleuets d'une certaine qualité.

Cette situation, expliquent-ils, a été contrecarrée par les agriculteurs eux-mêmes, qui ont eux-mêmes dû se conformer à des directives de référence pour la récolte de ces baies, tout en obtenant un fruit muni d'un timbre d'exportation.

Cité par le journal El Mercurio, le Dr Juan Hirzel suggère que, dans la mesure du possible, chaque producteur est en mesure de s'orienter vers un système d'autosuffisance lui permettant de disposer de ses propres mesures et données. L'idée, dit-il, est qu'avec cela, il connaisse mieux les besoins de son domaine et, en même temps, peut mieux projeter son entreprise pour l'avenir.

Pour l'expert, l'idéal est d'effectuer une analyse détaillée du sol dans lequel il doit être cultivé. Cependant, il reconnaît que, dans certains cas, il est un peu difficile en raison de la complexité de certains éléments, tels que l'azote.

Hirzel ajoute que, face à ce scénario, l'idéal est de développer des études impliquant l'incubation d'échantillons de sol, pour lesquels il serait nécessaire de simuler les conditions environnementales présentes dans les vergers (humidité et température).

"Pour effectuer cette procédure, il est nécessaire que les échantillons soient incubés pendant quatre semaines à 25 ° C et à 80% de la capacité maximale d’accumulation d’humidité, ce qui permettra à la biomasse de fonctionner au maximum et de fournir des données. plus précis sur le potentiel de libération d'azote ", explique le Dr Juan Hirzel.

L'expert insiste sur le fait que si vous voulez savoir quels sont les besoins nutritionnels de la canneberge, il est important d'analyser le fruit lui-même. Il admet qu'avec ce fruit, il n'est pas facile d'effectuer ces tests car cela ne peut être fait à aucun moment, car, en fonction de la semaine de récolte, les indices varient.

Il mentionne que certains indices sont plus intéressants car ils sont davantage associés à la qualité du fruit. Ce sont les rapports azote-potassium et azote-calcium.

 

source
Paúl Rivas González - Blueberries Consulting

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

Les chercheurs du CAES examinent les problèmes de qualité des myrtilles pour p...
"Le secteur de la myrtille recherche de nouvelles fenêtres de production plus ...
Après un voyage en Chine, le président de l'ASOEX s'est montré optimiste quant à la météo...