Selon le Classement mondial de la compétitivité 2022, le Pérou a reculé dans trois des quatre piliers fondamentaux

Dans le pilier qui mesure l'infrastructure des pays, le Pérou ne dépasse que le Botswana, la Mongolie, le Venezuela et l'Afrique du Sud.

À l'heure actuelle, la croissance économique est une valeur importante et presque indispensable pour les pays, en particulier pour ceux qui n'ont pas encore atteint leur plein développement, comme le Pérou, mais il ne suffit plus de croître économiquement si cela ne s'accompagne pas des éléments nécessaires pour être compétitif dans le concert international.

ce qui est mesuré

Le Classement Mondial de la Compétitivité 2022, présenté par Centrum PUCP, l'École de commerce de l'Université pontificale du Pérou (PUCP) et la Institut de développement de la gestion (IMD) de la Suisse, est un instrument annuel qui mesure la compétitivité de 63 pays, qui sont mesurées à travers quatre piliers principaux : la performance économique, l'efficacité gouvernementale, l'efficacité commerciale et l'infrastructure.

Ces quatre domaines, à leur tour, sont mesurés sur la base de cinq facteurs préalablement déterminés et d'un nombre important d'autres indicateurs et de certaines variables établies à l'avance, et qui sont répliquées annuellement dans chaque mesure du Classement, pour obtenir une vision holistique de chaque pays.

Résultats

Selon les résultats du Classement mondial de la compétitivité dans son édition 2022, le Pérou est classé 54e dans la liste des 63 pays des différents continents de la planète qui sont mesurés, obtenant 49.6 points sur l'échelle de mesure qui va de 0 à 100 points, en hausse de quatre positions par rapport à la mesure de 2021, mais en baisse dans trois des quatre principaux piliers évalués.

Dans cette édition, les résultats ont révélé la complexité de la crise péruvienne, tant dans sa profondeur que dans le risque imminent de perdre les fondements de la stabilité économique dont elle a joui ces derniers temps.

La progression du Pérou dans le pilier Performance économique, passant de 36.6 à 52.6 points, est due à la croissance économique qui a été enregistrée en 2021 et qui a été causée par l'impact important de la pandémie.

Dans le pilier Efficacité gouvernementale, le rapport révèle une détérioration significative de ce point, observant un recul de tous les facteurs évalués, en baisse de 10 points par rapport à la mesure précédente.

L'efficacité des entreprises est également affectée par l'efficacité du gouvernement ou de l'État, l'aggravant notamment en termes de productivité et d'efficacité, ce qui la fait perdre 13 points dans la mesure du classement.

Dans le cas du pilier Infrastructures, les niveaux mesurés ne se sont pas améliorés. Bien au contraire, on observe dans ce domaine l'une des plus fortes baisses du score final obtenu par le Pérou dans chacun des facteurs analysés, se classant 59e sur les 63 pays évalués.

En guise de conclusion, le rapport avertit que dans l'immédiat, la situation péruvienne est sérieusement compromise, en raison des faibles niveaux de croissance, du manque de compétitivité et d'efficacité des entreprises fournies par l'État, de la perte notoire de productivité des entreprises et de l'importante manque de ressources nécessaires pour l'infrastructure physique, technologique et scientifique.

Amérique latine

Dans le cas des résultats des pays de la région, le Chili continue d'être le leader, occupant la position 45 sur la liste des 63, malgré une chute d'une position en raison de la chute de presque tous les facteurs évalués.

Le Mexique reste en position 55, ce qui montre également une baisse du score, en particulier en ce qui concerne la performance économique et l'efficacité gouvernementale. La Colombie perd également un point et se classe 57. Cette baisse est due aux résultats en Performance économique, Efficacité gouvernementale et Efficacité commerciale.

Plus en arrière, le Brésil perd deux places par rapport à la mesure de 2021, se classant 59e, en raison de mauvaises performances en matière d'efficacité gouvernementale, d'efficacité commerciale et d'infrastructure.

réalité globale

Le Danemark est considéré comme le pays le plus compétitif au monde, supplantant pour la première fois la Suisse, qui a perdu une position. Singapour occupe la troisième place, suivie de la Suède, bien qu'elle ait baissé ses taux. Hong Kong s'est classé cinquième, suivi des Pays-Bas, de Taïwan, de la Finlande, de la Norvège et des États-Unis, complétant le "top 10" des 63 pays évalués.

source
Martín Carrillo O.- Conseil en myrtilles.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

La crise agroalimentaire s'aggrave après sept mois de guerre en...

Family Farms importera 405.000 XNUMX plants de bleuets du Chili par voie terrestre

Chiffres de la myrtille sur le marché américain