La SNA met en garde contre des pertes de 500 millions de dollars par semaine dues aux grèves des camionneurs et demande sa destitution : « Le coût est très élevé »

"La confiance des acheteurs est également perdue si vous n'arrivez pas à l'heure", a déclaré le président de la Société nationale d'agriculture, Cristián Allendes, à propos des blocages des routes et des ports pour les expéditions.

Le président de la Société nationale d'agriculture (SNA), Cristián Allendes, ainsi que les principaux syndicats de l'alimentation du pays - Fedefruta, Asoex, Chile Carnes, Chile Alimentos et le Movimiento Unitario Campesino y Etnias de Chile - ont rencontré le gouvernement pour évaluer l'impact de la grève des camionneurs dans le secteur.

En effet, aujourd'hui marque cinq jours depuis le début des mobilisations des transporteurs pour protester contre la hausse des prix du carburant, qui a entraîné des blocages à la fois sur les principales routes du pays et dans les ports de Valparaíso et de San Antonio.

En ce sens, le président du SNA a demandé aux syndicats de camionneurs de mettre fin à la grève aujourd'hui, afin d'éviter de nouvelles perturbations des chaînes d'approvisionnement et des retards dans les expéditions de fruits à l'étranger.

« La grève des camionneurs affecte gravement tout ce qui concerne la production et la livraison de nourriture à tous les consommateurs chiliens, et surtout aussi aux exportations. Novembre est un mois au cours duquel les exportations de cerises, de myrtilles et d'autres fruits commencent, et nous devons mobiliser 5.000 XNUMX conteneurs par semaine et cela ne se produit pas aujourd'hui », a déclaré Allendes.

« La grève des camionneurs affecte gravement tout ce qui concerne la production et la livraison de nourriture à tous les consommateurs chiliens, et surtout aussi aux exportations. Novembre est un mois au cours duquel les exportations de cerises, de myrtilles et d'autres fruits commencent, et nous devons mobiliser 5.000 XNUMX conteneurs par semaine et cela ne se produit pas aujourd'hui », a déclaré Allendes.

"Nous avons besoin que les camionneurs arrêtent leur grève aujourd'hui, car ils vont sérieusement affecter tout le système de production, l'approvisionnement des supermarchés, les usines de transformation", a-t-il ajouté.

En ce sens, le chef du SNA a fait remarquer que cette situation a également affecté le bétail et les plantations. "Les bovins, les poulets, les porcs ont des difficultés à se procurer de la nourriture pour leur consommation, et tout ce qui est aujourd'hui des légumes du nord est également touché, il arrive en moins grande quantité et aussi en retard", a-t-il déclaré.

Après cela, Allendes durcit le ton et déclara « c'est nous qui leur donnons du travail -aux camionneurs-, toute la chaîne de production, et aujourd'hui à cause des querelles entre secteurs nous ne justifions pas du tout cette grève, car nous pensons que La chaîne de production a payé les coûts plus élevés du carburant, et nous sommes solidaires avec les transporteurs sur la question de la sécurité.

Interrogé sur les effets sur les prix dus au risque de pénurie, le représentant du secteur agricole a soutenu que "lorsqu'il y a peu d'offre, la demande sera la même, évidemment les prix vont augmenter", ajoutant que dans ce "la chaîne de production va non Cela n'a rien à voir, au contraire, nous sommes les plus touchés.

"Nous voulons demander aux camionneurs de mettre un terme à cette grève de toute urgence car eux aussi vont être gravement touchés, car nous n'allons pas accepter qu'ils entravent cela plus qu'ils ne l'ont déjà fait, car le coût économique qu'ils occasionnent à Tout le système et le Chili sont très élevés », a-t-il réglé.

Quant au coût économique des mobilisations, il a indiqué que "par semaine, plus ou moins 5.000 500 conteneurs de fruits doivent être exportés par semaine, soit XNUMX millions de dollars".

A cet égard, le chef du SNA a souligné que dans le cas des exportations "nous avons des horaires précis pour arriver avec les produits à l'étranger, la confiance des acheteurs est également perdue s'ils n'arrivent pas à temps".

"Le système d'exportation est prêt à faire du bon travail, et nous sommes toujours convaincus que nous arriverons à temps, car les marchés ont également besoin de ces produits et nous avons travaillé toute une année pour arriver avec eux", a-t-il ajouté.

"S'ils ne mettent pas fin à cette grève aujourd'hui, la vérité est que nous, qui sommes ceux qui leur donnent leur salaire, payons leur fret, nous allons aussi prendre des mesures drastiques contre eux", a conclu le président du SNA.

Article précédent

prochain article

ARTICLES SIMILAIRES

« Les promotions sur les myrtilles fonctionnent à merveille »
Une augmentation des exportations de myrtilles péruviennes est attendue malgré ...
Les chercheurs du CAES examinent les problèmes de qualité des myrtilles pour p...